Tous à Montluçon ! Le Mobile Art s’expose

Pour sa deuxième édition, le Montluçon Art Digital s’intéresse à un champ singulier de la création contemporaine en lien étroit avec les smartphones et devient le Montluçon Art Mobile. Une exposition se tiendra au Fonds d’art moderne et contemporain, du 12 avril au 2 juin et sera complétée par une rencontre avec les artistes, la participation des lycéens et des Montluçonnais, une conférence, et des ateliers pour les scolaires. Plus d’une vingtaine de plasticiens installés en France, au Danemark, aux Pays-Bas, en Suisse, au Canada et aux Etats-Unis, seront invités. Marie-Laure Desjardins est la commissaire de l’événement et ArtsHebdoMédias un des partenaires.

 

Souriez, vous pouvez flasher !

Souvent vous lisez : « Il est interdit de toucher aux œuvres ». Souvent vous entendez : « Merci d’éteindre votre téléphone portable ». Et si, pour une fois, on vous demandait de les toucher ? Et si, pour une fois, on vous demandait de l’allumer ? Le Montluçon Art Mobile vous invite à découvrir le Mobile Art. Peintures et lithographies augmentées, œuvres applicatives, QR codes artistiques… tout un espace inédit de la création contemporaine. Le smartphone n’a que 12 ans et nous sommes des milliards à l’utiliser. Il a radicalement transformé les habitudes de nombre d’entre nous mais aussi celles de certains artistes. Tantôt ces derniers le critiquent ou l’interrogent. Tantôt ils l’utilisent pour créer des formes nouvelles et les diffuser.

Littéralement en anglais « téléphone intelligent », le smartphone est apparu sur le marché en 2007. En inventant ce téléphone mobile tactile et connecté, Apple a réuni en un seul appareil les fonctionnalités du téléphone, de la machine à écrire, de l’appareil photo, de La Poste, du boulier, du magnétophone, de la caméra, des jeux de société, de la boussole… Ainsi, est-il désormais possible de téléphoner, écouter, écrire, enregistrer, calculer, photographier, échanger, jouer, géolocaliser (soi ou un autre)… de n’importe où, ou presque. En dix ans, il est devenu l’objet connecté par excellence et le nombre de ses usages s’est multiplié.

Connexion permanente au monde, capacité de stockage, aptitude à l’interaction… ont propulsé le smartphone au rang d’outil de communication le plus apprécié de la planète tandis que les artistes l’utilisent de plus en plus pour créer. Avec lui, un nouveau stade de mobilité est franchi. L’œuvre, passée du mur au retable, puis de la toile à l’ordinateur, s’affiche désormais sur un écran rarement plus large que la paume de la main et peut se « ranger » dans la poche d’une veste. Comme n’importe quel outil, le smartphone possède limites physiques et règles relatives à son fonctionnement avec lesquelles les créateurs apprennent à jouer ou qu’ils décident de repousser. Son utilisation dans la création plastique n’est pas homogène : les artistes se servent tour à tour de ses différentes capacités, sans les utiliser toutes, ni systématiquement. Les usages artistiques de l’appareil technologique s’inventent chaque jour et il est impossible d’en définir un périmètre stable et exact. Les œuvres, toutes soumises à l’écosystème numérique et à des contraintes technologiques (dimensions de l’appareil, luminosité, capacité de mémoire, vitesse d’exécution des programmes, etc.), offrent des formes et des expériences inédites.
Venez découvrir cet art du XXIe siècle et profitez-en pour toucher des œuvres du doigt !

Marie-Laure Desjardins, commissaire de l’exposition

Artistes invités

A l’affiche du MAD 2019
L’exposition Montluçon Art Mobile se tiendra du 13 avril au 2 juin au Fonds d’art moderne et contemporain, 25, rue des Faucheroux, 03100 Montluçon.
Une rencontre avec les artistes, suivie de la visite de l’exposition, aura lieu le 13 avril de 14 h à 16 h à l’Espace Boris Vian (salle Shéhérazade de la médiathèque), 27 rue des Faucheroux, 03100 Montluçon.
En amont de l’exposition, se tiendra le 22 mars, à 18 h 15, à l’Espace Boris Vian (salle du rez-de-chaussée de la médiathèque), une conférence de Marie-Laure Desjardins consacrée en partie au QR code dans l’art contemporain. « Tracé ésotérique, la figure du labyrinthe n’a cessé de hanter depuis le paléolithique l’imaginaire mythique et artistique, écrit Marie-Laure Desjardins. Dans les œuvres contemporaines d’artistes tels qu’André Masson, le GRAV, Art & Language, Jeppe Hein, Eric Duyckaert, Miguel Chevalier, Hervé Fischer ou L’Atlas, le labyrinthe se métamorphose et devient même avec le QR code un instrument de communication numérique. »
Samedi 20 avril, de 14 h 30 à 16 h 30 à l’Espace Boris Vian (salle Shéhérazade de la médiathèque), les enfants (à partir de 5 ans) sont invités à venir exprimer leur âme d’artiste et à découvrir les coloriages « augmentés ». Ou comment dauphins, oiseaux et autres oursons prennent vie d’un coup de tablette numérique ! Réservation au 04 70 05 54 45 durant les heures d’ouverture de la médiathèque.

Performance au Théâtre
des Ilets le soir du vernissage

Pour la première édition du Montluçon Art Digital, le Théâtre des Ilets avait programmé Liaison contemporaine, une installation numérique et immersive de Carole Thibaut, en collaboration avec le collectif Invivo. En 2019, le CDN renouvelle sa participation à l’événement en accueillant Völuspá, du duo d’artistes Lola and Yukao Meet. La performance visuelle et sonore offrira au public une exploration sensible d’un épisode de la mythologie nordique. Elle aura lieu le vendredi 12 avril, jour du vernissage de l’exposition.

Participez au Montluçon Art Mobile !
A partir du 18 mars, des affiches annonçant la manifestation seront visibles à 20 endroits de Montluçon et lisibles à partir du smartphone de chacun (seule obligation, avoir téléchargé une application de lecture de QR codes, très souvent gratuite). Cinq affiches seront différentes et à dénicher dans différents lieux stratégiques de la ville. Elles proposeront un protocole simple de participation à la manifestation. Chacun pourra, en suivant les instructions, prendre une photo avec son smartphone et l’envoyer sur la page Instagram du Montluçon Art Mobile. A l’entrée de l’exposition, un écran permettra d’afficher les propositions des Montluçonnais et autres participants.

Le 29e Midi Pile de Jean-Claude Mocik à la porte de la Chapelle se déroulera à… Montluçon

Depuis le samedi 8 janvier 1994, Jean-Claude Mocik tourne autour de Paris ! Tous les quinze jours, il se rend à une porte de la capitale (le samedi) et pendant une minute, à midi pile, déclenche une prise de vue avec deux appareils : une caméra vidéo et un smartphone (depuis 2008). Images qui font ensuite l’objet d’une mise en page particulière (différente pour chaque tour) et d’une mise en ligne sur les réseaux. Parfois, il est seul, mais le plus souvent des amis viennent assister et prendre part à la performance. Le jour J, à midi pile, les participants doivent compter à haute voix dans la langue de leur choix les 60 secondes de midi devant les caméras de Jean-Claude Mocik. Quand l’artiste est en déplacement, il réalise la performance dans le lieu où il se trouve. Le 29e Midi Pile de la porte de la Chapelle aura donc lieu à Montluçon le samedi 13 avril. Pour être certain d’y participer, il faut s’assurer d’être au rendez-vous 10 minutes avant midi au Fonds d’art moderne et contemporain (25, rue des Faucheroux à Montluçon). Car le rythmicien n’attend pas !

Photo 360° réalisée par Stéphanie Cansell lors de la première exposition de Mobile Art à Art Elysées 2017.

Pour plus d’informations :mldesjardins@artshebdomedias.com
shakers@shakers.fr