D’une étoile l’autre par Delphine Gigoux-Martin

Delphine Gigoux-Martin_Moustiers_bis

Il est grand temps de rallumer les étoiles est une installation signée Delphine Gigoux-Martin et présentée de façon pérenne dans le jardin du monastère de Ségriès, lieu d’hébergement situé à Moustiers-Sainte-Marie dans les Alpes-de-Haute-Provence. Elle est le fruit d’une commande passée par les propriétaires des lieux, associés à deux anciens élus de la commune et à un artiste céramiste dans cadre du programme Nouveaux commanditaires* développé par la Fondation de France.

Delphine Gigoux-Martin
Il est grand temps de rallumer les étoiles, Delphine Gigoux-Martin.

Tout projet estampillé Nouveaux commanditaires est le fruit de multiples rencontres et échanges. Celles d’habitants, tout d’abord, avec leur histoire, leur territoire. S’ensuit la sollicitation d’un médiateur, mandaté par la Fondation de France, et d’un artiste, convié à venir réfléchir avec eux à la conception d’une œuvre spécifique. C’est à la suite de la découverte d’une fontaine asséchée, lors des travaux de défrichement d’un des terrains jouxtant la bâtisse historique du monastère cistercien de Ségries, et d’une volonté de la restaurer, qu’est né le projet confié à Delphine Gigoux-Martin ; lequel inclut la remise en état de la fontaine et la réhabilitation de sa fonction première : l’alimentation en eau des vergers cultivés en contrebas. Le titre de l’œuvre, Il est grand temps de rallumer les étoiles, est emprunté à un poème écrit par Guillaume Apollinaire pendant la Première Guerre mondiale.

Delphine Gigoux-Martin_Moustiers2
Il est grand temps de rallumer les étoiles (détail), Delphine Gigoux-Martin.

Au cœur du bassin, sur les concrétions calcaires, le visiteur peut observer une vie marine singulière. Coquillages, éponges, coraux, oursins et autres étoiles de mer – de l’une d’elles jaillit l’eau de source, telle une étoile filante – en faïence émaillée et en porcelaine colorées peuplent la fontaine. Un travail mené en étroite collaboration avec Jérôme Galvin, artiste ayant placé la céramique au cœur de sa démarche. La réflexion menée par Delphine Gigoux-Martin s’articule autour d’interrelations poétiques portées par le lieu. L’œuvre évoque ainsi, pêle-mêle, la géologie de ce dernier, sa tradition céramiste, l’astronomie, une légende locale et quelques attributs contemporains du monastère. Elle fait notamment écho à l’étoile dorée à l’or fin, suspendue au-dessus de Moustiers-Sainte-Marie au milieu d’une chaîne de 135 m de long accrochée entre les deux pics rocheux surmontant le village. Celle-ci date de 1957 – elle est la onzième accrochée au cours de l’histoire –, mais une légende rapportée par un poème de Frédéric Mistral en fait remonter l’origine à la première moitié du XIIIe siècle : l’étoile serait un ex-voto dédié à la Vierge Marie selon le vœu du chevalier Blacas, un croisé emprisonné quelques temps par les Sarrasins : il avait promis, s’il revenait dans son village, d’y suspendre une étoile et sa chaîne en hommage à Marie. « J’avais aussi envie de faire refléter le ciel dans l’eau verte de la fontaine, qui évoque le Verdon voisin, de transformer le ciel et les étoiles en un fond marin, pour évoquer les océans présents il y a quarante millions d’années et dont le paysage environnant conserve des traces fossiles, précise la platicienne. Par ailleurs, le monastère, qui est aujourd’hui un gîte, contient beaucoup de références aux constellations, comme les noms des chambres, par exemple. Enfin, il y a eu dans ce projet de heureux hasards : ainsi, le prénom du propriétaire, qui est indien, est Dhruv, ce qui veut dire étoile du Nord… »

* Le protocole établi par les Nouveaux commanditaires permet, avec l’appui de la Fondation de France, à toute personne issue de la société civile, seule ou associée à d’autres, de faire appel à un médiateur – en l’occurrence, il s’agit de Nadine Gomez, directrice du Cairn (Centre d’art informel de recherche sur la nature) de Digne-les-Bains – pour l’accompagner dans la prise de responsabilité de la commande d’une œuvre d’art en lien avec des enjeux de société ou de développement de territoire. Depuis 1991, près de 470 œuvres ont été réalisées, en France et à l’étranger, par des artistes contemporains de tous horizons.

Lire aussi le Jeu des mots consacré à Delphine Gigoux-Martin et « Les Nouveaux commanditaires, une démocratie de l’initiative ».

Contacts
Crédits photos

Retrouvez Delphine Gigoux-Martin sur le site Gallery Locator.