La vulnérabilité en question(s) au Mac/Val

Le Mac/Val, Musée d’art contemporain du Val-de-Marne organise ce week-end à Vitry-sur-Seine la huitième édition de Festival-Rencontres. Dédié aux grands enjeux qui sous-tendent les missions d’un musée d’art contemporain en prise avec son présent, ce rendez-vous est placé cette année sous le thème de la vulnérabilité comme force créatrice et s’intitule « Attention fragile », manière d’inviter à prêter plus particulièrement attention à la fragilité. S’inscrivant au cœur d’une programmation tournée vers la notion d’hospitalité, avec la double exposition Persona grata déployée au Mac/Val ainsi qu’au Musée national de l’histoire de l’immigration, et s’intéressant à la relation qu’entretient le corps (social) avec l’espace (public) qui traverse l’œuvre de Melanie Manchot – l’artiste allemande présente actuellement Open Ended Now au Mac/Val. « Ces journées proposent une approche esthétique, philosophique, politique de la vulnérabilité au sens d’une interrogation sur le bien commun, expliquent les organisateurs dans leur texte d’intention. Souvent rattachée aux pratiques du soin, confondue avec la fragilité et ramenée sur le champ politique par la notion de précarité, la vulnérabilité est relative à ce qui peut être blessé, au vivant. Nous proposons de la considérer comme un outil pour penser différemment les schémas dominants et normatifs. Nous traverserons pour cela des espaces et des territoires dits vulnérables ou utopiques, solliciterons des corps dits empêchés, handicapés, hors normes, limités et exposés au manque, des minorités, des invisibles, des inaudibles dits précaires. C’est l’ensemble de nos pratiques patrimoniales et muséales qui sera enfin regardé, amenant la possibilité d’une vulnérabilité institutionnelle. Sommes-nous prêts à prendre le risque de la reconnaître ? L’accueil de l’autre, les pratiques d’hospitalité, font rentrer l’institution et ses représentants dans un cadre de référence différent de celui qui leur est familier. Peut-on ménager au sein du musée des espaces de non-contrôle pour faire émerger des sens nouveaux, des bifurcations, une “force vulnérable” créatrice (Amador Fernandez Savater) ? » Le programme détaillé des trois jours peut être consulté sur www.macval.fr.