Vallauris, terre de dialogue

La XXIVe Biennale internationale de la céramique bat actuellement son plein à Vallauris. Les œuvres d’une soixantaine d’artistes contemporains y sont à découvrir au fil de sept expositions réparties à travers la cité qui surplombe le golfe de Juan-les-Pins.

« Quelle que soit la diversité des cheminements artistiques empruntés par ces créateurs, leur point commun se perçoit dans leur capacité au dialogue, écrit Céline Graziani, coordinatrice de la manifestation, dans le catalogue édité pour l’occasion. Entre les techniques qui relèvent du domaine de la céramique et celles qui sont empruntées à d’autres champs artistiques ; entre les savoir-faire, les connaissances et les pratiques : celle de l’artiste, de l’artisan, du plasticien, du designer ; enfin, entre les cultures issues de différents continents. » Un dialogue que la Biennale s’est donné pour objectif de mettre en lumière « en réunissant ces artistes dans une même ville pendant quatre mois et en permettant au public, amateurs avertis ou néophytes, de (re)découvrir la richesse du matériau terre ». Sept expositions rythment le parcours de cette édition 2016. La première présente, au Musée Magnelli, les travaux des 28 artistes sélectionnés dans le cadre du concours, initié il y a 50 ans par les organisateurs de l’événement. Les quatre lauréats désignés cette année sont les Français Marc Alberghina – récipiendaire du Grand Prix pour son installation Autocombustion spontanée – et Patrick Loughran, l’Autrichienne Helene Kirchmair et l’Irlandais Brendan Lee Satish Tang. En conjonction avec l’Année Corée-France (1), le Pays du Matin calme est doublement mis à l’honneur à travers une exposition monographique consacrée au plasticien Kim Joon – qui explore dans ses compositions numériques les notions de désir et de mémoire –, et une manifestation collective. Celle-ci montre combien les artistes coréens (2) travaillant la céramique restent attachés à l’héritage ancestral qui est le leur, tout en s’ouvrant aux influences extérieures et en s’inscrivant dans une volonté de renouvellement du travail de la matière terre. La Biennale propose par ailleurs un focus sur le design néerlandais et son rôle moteur dans ce même renouveau à l’échelle internationale. Une douzaine d’artistes et de collectifs en témoignent, parmi lesquels Aldo Bakker, Marcel Wanders, Richard Hutten, rENs ou encore studio Job. L’objet, son statut et son détournement, tour à tour ludique, poétique ou inquiétant, constituent la trame d’Objets ? … Objections !, une exposition qui réunit neuf plasticiens, céramistes et designers, dont Philippe Barde, Guillaume Bardet, Didier Faustino, Livia Marin et Bouke de Vries. Deux démarches sont enfin plus particulièrement mises en avant : celle du duo italien Bertozzi & Casoni, deux artistes qui n’aiment rien tant que revisiter vanités et autres memento mori, et celle de la Suédoise Christin Johansson, qui allie pratique de la sculpture et performance. Une programmation agréablement éclectique à découvrir jusqu’au 31 octobre.

(1) Evénement culturel organisé à l’occasion des 130 ans de l’établissement des premières relations diplomatiques entre la France et la Corée.
(2) Douze artistes coréens sont réunis : Bae Se Jin, Baek Jin, Jung Hye-Sook, Kim Minjoo, Kim Myung-Joo, Lee Eun Yeoung, Lee Kyungmin, Lee Seung-Hee, Lee Yun-Hee, Maeng Wook-Jae, Shin Dong Won et Yuh Sunkoo.

Contact
Crédits photos