Le textile en majesté à Clermont-Ferrand

Jusqu’au 23 septembre, le Fite – Festival international des textiles extra ordinaires – investit plusieurs lieux de la ville de Clermont-Ferrand. Créé en 2012, cet événement se déroule tous les deux ans sur un thème différent. Après Métamorphoses, Renaissance et Rebelles, l’année 2018 est celle des Déviations. Le Fite et tous ses partenaires proposent des installations, des performances et une exposition centrale conçus autour de cette thématique.

Le Festival international des textiles extra ordinaires prend une nouvelle fois possession de la ville de Clermont-Ferrand avec une quatrième édition placée sous le signe des Déviations. Au Musée Bargoin, une exposition éponyme propose 80 œuvres créées sur ce thème. Son parcours s’organise autour de quatre axes illustrant le processus de la déviation : transgression, circulations, carambolages et transcendance. Deux immenses installations sont présentées lors de ce festival : Corail/Artéfact de Jérémy Gobé et Fontanille, qui sensibilise le spectateur à l’érosion des coraux et attire son attention sur les richesses cachées du patrimoine textile français, et Là d’où je viens, là où je suis… de Bruno Boudjelal, installation de photographies confiées par les Clermontois évoquant leur « ailleurs » et accompagnées d’un morceau de textile.
Jusqu’au 23 septembre, les habitants et les visiteurs pourront se balader dans les rues de Clermont-Ferrand et découvrir les diverses installations et événements proposés par le Fite. Tout le long de la rue du port, des Coraux imaginaires, très colorés, ont été confectionnés et placés ici et là par le collectif Outrages de Dames. Au centre Camille-Claudel et Blaise Pascal, les écoles d’art de Lyon, Saint-Etienne, Yzeure et Bruxelles présentent leurs travaux sur les thèmes de la Souplesse et du Marché Wax. Dans la basilique Notre-Dame du Port, l’artiste japonaise Rieko Koga propose La forêt d’amour, des morceaux de tissus teints en différentes déclinaisons de bleu. « L’amour et la couleur indigo se disent de la même manière en japonais », explique-t-elle. Une œuvre en parfaite harmonie avec son environnement.
Des rencontres sur les enjeux liés au textile seront aussi au cœur du Fite, ainsi que des ateliers de pratique ouverts à tous. Des événements plus festifs ponctueront la fin de la semaine : la projection de films courts, un concert ou encore un défilé de mode urbain sur la place de la Victoire. L’exposition collective déployée au Musée Bargoin, restera quant à elle accessible jusqu’au 6 janvier prochain. Mais nous y reviendrons bientôt !

Contacts
Crédits photos