Les sombres perspectives dressées par RSF

Reporters sans frontières a publié ce mercredi 26 avril son rapport annuel sur la liberté de la presse dans le monde, marqué par deux constats : la banalisation des attaques contre les médias et le triomphe d’hommes forts qui font basculer le monde à l’ère de la post-vérité, de la propagande et de la répression. Près des deux tiers (62,2%) des pays répertoriés ont enregistré une aggravation de leur situation. La France se situe quant à elle à la 39e position du Classement de la liberté de la presse 2017, alors que l’année écoulée a été ponctuée par des attaques répétées contre les médias, notamment pendant la campagne électorale, une tendance à la concentration et des situations de conflits d’intérêts suscitant de grandes craintes pour l’indépendance éditoriale. « La critique des médias en général et des pratiques journalistiques est évidemment légitime, déclare Christophe Deloire, secrétaire général de RSF. Malheureusement de trop nombreux responsables politiques vont beaucoup plus loin en proférant des accusations indignes et dangereuses qui en fait remettent en cause l’indépendance de la presse, l’exercice libre du journalisme et le pluralisme. »