Prolifiques retrouvailles entre Andy Goldsworthy et le réalisateur Thomas Riedelsheimer

Programmé dans les salles françaises dès ce mercredi 18 juillet, Penché dans le vent est un documentaire consacré à l’artiste britannique Andy Goldsworthy et signé du réalisateur allemand Thomas Riedelsheimer, déjà auteur d’un premier film dédié au travail du plasticien, Rivers and Tides (Rivières et Marées), sorti en 2001. Connu dans le monde entier pour ses sculptures, installations et performances ancrées dans un dialogue continu avec la nature – pierres, arbres, feuilles, argile sont autant de matériaux récurrents dans sa pratique –, Andy Goldsworthy vit en Ecosse depuis une trentaine d’années. « Pour moi, la nature n’est pas uniquement pastorale et thérapeutique, explique-t-il. Elle l’est, mais elle est aussi profondément dérangeante, éprouvante, menaçante, cruelle, brute tout autant que belle ; et j’espère que mon travail reflète tout ça. Je crois qu’en vieillissant, il s’en fait probablement de plus en plus écho. » Entre deux voyages et interventions in situ à l’étranger, c’est sur les terres de ses voisins qu’il poursuit ses recherches. « Ils ne comprennent rien à mon travail, mais il y a cette tolérance, cette ouverture d’esprit et, je pense même, un plaisir à ce que je fais. (…) J’aime travailler chez les autres, parce que ça me fait prendre conscience de la nature sociale de cette terre. » C’est à la faveur d’un tournage en Ecosse, en 2011, que Thomas Riedelsheimer a renoué contact avec l’artiste. Très vite, les deux hommes conviennent d’imaginer ensemble un nouveau film. « Les spectateurs qui connaissent Rivers and Tides pensent qu’ils connaissent Andy Goldsworthy, analyse le réalisateur. Nous sentions tous les deux qu’il y avait des choses à ajouter, de nouveaux éléments à apporter pour mieux le comprendre, mieux comprendre aussi son travail et cela pouvait être fascinant. (…) Penché dans le vent, offre différents angles, différentes perspectives, d’autres niveaux de perception. Ce n’est pas seulement une extension d’un autre film, il a une vie propre. C’est un autre moment de la vie d’Andy et de la mienne. »
Lire aussi « L’éternité selon Andy Goldsworthy ».