Le musée sous le prisme de la performance

En 2016, la Ferme du Buisson a initié Performance Day, un festival international dédié aux pratiques hybrides utilisant la performance comme « principe actif de transgression des frontières » artistiques. Pour sa deuxième édition, qui se tient ce samedi 3 juin, le festival s’inscrit dans le cadre du 40e anniversaire du Centre Pompidou, se déploie également au CPIF, le Centre photographique d’Ile-de-France situé à Pontault-Combault (77), et s’articule autour de la notion de « musée performé ». Depuis les années 1960-1970, les artistes interrogent l’institution muséale, ses codes et ses discours. Comment constitue-t-elle ses collections ? Quelles sont les modalités d’exposition et de circulation des œuvres ? Quelle place attribue-t-elle aux spectateurs et à la transmission ? Telles sont quelques-unes des questions adressées par les artistes invités cette année. Parmi eux, Béatrice Balcou, Marcelline Delbecq & Ellie Ga, Ricardo Jacinto, Kapwani Kiwanga, Anouchka Oler, ou encore Pétrel & Roumagnac. Une dizaine de performances inédites et deux expositions sont au programme. A la fois poétiques et politiques, ces propositions convoquent sculptures parlantes, cérémonies silencieuses et interprétations musicales, visites guidées imaginaires, manipulations d’objets ou explorations d’espace pour entraîner le public dans une journée d’expériences singulières. Visuel : Latences #1, Pétrel & Roumagnac, 2014. Courtesy galerie Escougnou-Cetraro.