Les mascarades poétiques de Stephan Goldrajch

« Je me sens dans la peau d’un brodeur et d’un artisan dont la démarche et l’ambition sont celles de créer du lien, de générer des relations, écrit Stephan Goldrajch sur son site Internet. Je fais des masques, de la broderie, des installations, des dessins, des légendes, les objets parfois s’incarnent et donnent lieu à des performances, des rencontres. » Après avoir fait étape en différents lieux de Bruxelles et ses environs – à la galerie Albert Baronian, au Centre culturel BRASS ou encore aux Halles Saint-Géry –, le plasticien belge présente actuellement au Musée Juif de Belgique les fruits de son projet de « Chantier poétique », mené depuis trois ans sur place. Une exposition à découvrir jusqu’au 16 septembre, qu’accompagne une publication, Huit récits fondateurs, aux éditions CFC.

« Les textes sacrés tirés de l’Ancien Testament m’intriguent depuis toujours, pas pour leur aspect religieux ou politique mais pour les sentiments qui y circulent : l’amour, la jalousie, l’envie de meurtre… restent contemporains », explique Stephan Goldrajch. Dans les espaces vides du Musée Juif en travaux, il a invité régulièrement un artiste – comédien, danseur, etc. –, à qui il a fait commande d’un personnage sorti d’un texte sacré et qui l’accompagne dans une mise en scène jouée, filmée et photographiée. Goldrajch a réalisé le costume de ce personnage, au crochet, car cette technique oblige à un temps long de production.
La première scène jouée au musée fut celle de l’expulsion du Paradis d’Adam et Eve. Ceux-ci sont joués par Allan Bertin et Consolate Sipérius. Goldrajch est déguisé en serpent. Toute une littérature associe Eve au serpent, qui représente peut-être l’image phallique, l’attraction sexuelle. Le danseur Mohamed Boujarra a choisi l’arche de Noé. Deux éléphants au crochet l’accompagnent. Kelig Pinson, championne de boxe thaï du Benelux, a choisi l’histoire d’Elie et Elisée. Le texte biblique raconte que, lorsqu’Elie devient vieux, Elisée l’accompagne dans le désert avant qu’il ne disparaisse dans le ciel, enlevé par un char de feu. Stephan Goldrajch s’est crocheté un costume de chameau. Avec la comédienne et humoriste Zidani, il explore le récit de Sodome et Gomorrhe.
Au fil de l’exposition, on découvre les vidéos, les photos – magnifiques – et les costumes crochetés qui sont absolument dingues et réjouissants. Ainsi que les carnets de croquis, genèse des projets. Les aquarelles de l’artiste, dont certaines en grand format, sont formidables ! Dire qu’un professeur à La Cambre lui avait conseillé à l’époque de ne pas les montrer ! On y sent la puissance de sa recherche, comme le trait et son pinceau fouillent dans sa pensée. Voyez l’arche de Noé prise dans les flots du déluge. (…)

Dans le cadre d’un partenariat engagé avec notre consœur belge Muriel de Crayencour, fondatrice et rédactrice en chef du site d’actualité artistique belge Mu-inthecity.com, nous vous proposons de poursuivre la lecture de cet article d’un clic.

Animaux (série), Stephan Goldrajch.
Contact
Crédits photos