Kader Attia lauréat du Prix de la Fondation Joan Miró 2017

Initié en 2007, le Prix de la Fondation Joan Miró récompense tous les deux ans un artiste de la scène internationale pour sa capacité à explorer, à innover et à s’engager en toute liberté à l’image de Joan Miró en son temps. Le prix a été remis à Barcelone, ce mercredi 11 octobre, au plasticien franco-algérien Kader Attia. Désigné à l’unanimité par un jury composé d’Iwona Blazwick ( directrice de la Whitechapel Gallery à Londres), de Magnus af Petersens (directeur du Bonniers Konsthall à Stockholm), d’Alfred Paquement (ancien directeur du Musée National d’Art Moderne, Centre Pompidou), de Nimfa Bisbe (directrice de la Collection d’art contemporain de la Fondation « La Caixa » à Barcelone) et de Rosa Maria Malet (directrice de la Fondation Joan Miró), Kader Attia s’est vu remettre une somme de 70 000 euros et bénéficiera d’une exposition personnelle à la Fondation Joan Miró en 2018 ; le trophée en titane symbolisant le prix est signé du designer barcelonais André Ricard. Né à Dugny, en Seine-Saint-Denis, diplômé de l’Ecole Duperré et de l’Ecole nationale supérieure des arts décoratifs (Ensad), ainsi que de l’école Massana à Barcelone, Kader Attia a grandi entre Paris et l’Algérie (Bab El Oued) et a beaucoup voyagé, notamment en République Démocratique du Congo et au Venezuela. Le Prix de la Fondation Joan Miró lui a été décerné pour « ses liens étroits avec Joan Miró et pour son investissement dans les épisodes critiques qui on marqué sa génération », selon les mots du jury ; l’artiste travaillant depuis plus de 10 ans sur le concept de réparation, qu’il qualifie, avec l’hybridation, de « terrain propice pour de multiples cultures à reprendre leurs droits ». Visuel : Untitled (Repaired broken mirror), Kader Attia, 2013.