Elevation 1049 (re)prend ses quartiers à Gstaad

Elevation 1049 est une manifestation d’art contemporain née en 2014 à Gstaad, en Suisse. Elle tient son nom de l’altitude du village, qui est très exactement de 1049 mètres, et accueille pour sa troisième édition une œuvre réalisée in situ par l’Américain Doug Aitken ; celle-ci restera visible, en plein air, durant deux ans. Mirage Gstaad est une installation utilisant la fréquence de la lumière pour jouer avec le reflet du paysage alpin environnant. Evoquant celle d’un ranch, l’architecture de la structure contraste avec les chalets en bois disséminés alentour. Elle est recouverte de miroirs qui absorbent et reflètent le paysage, générant en son cœur un kaléidoscope infini d’images et de lumière qui brouille les repères du regardeur. Son inauguration, programmée ce premier week-end de février sera l’occasion de trois jours de festivités (les vendredi 1er, samedi 2 et dimanche 3 février) et de performances, toutes placées sous le thème « Frequencies » par les co-commissaires de l’événement, l’écrivain et curateur américain Neville Wakefield et la plasticienne suisse Olympia Scarry. « Un paysage se mesure dans le temps et l’espace, expliquent-ils dans leur texte d’intention. Le titre Frequencies (« Fréquences ») sous-entend cette dimension, de par son double sens. La fréquence signifie à la fois le rythme auquel quelque chose se produit ou se répète dans une période ou un temps donné et le rythme d’une vibration formant une onde, émanant soit d’un matériau (telles que les ondes sonores), soit d’un champ électromagnétique (telles que les ondes radio ou la lumière). La fréquence se mesure généralement en secondes. La troisième édition d’Elevation 1049 invoque ces deux notions. » Nina Beier, Suzanne Ciani, Dominique Gonzalez-Foerster, Zhana Ivanova, Marie Karlberg, Liz Magic Laser, Isabel Lewis, Naama Tsabar et Marianne Vitale sont les artistes invitées de cette édition 2019. « Leurs performances exploreront la structure acoustique du paysage lui-même, étudiant jusqu’aux vertus thérapeutiques qu’il confère à ses résidents. Elles traiteront de notions allant de la beauté et de la destruction au choc du futur et activeront les lieux, intérieurs et extérieurs, pour certains moins connus mais néanmoins chargés d’histoire, de Gstaad et de ses environs. Là où Mirage fera écho au paysage environnant, les performances de ce week-end d’ouverture donneront à Frequencies le caractère intime d’une rencontre personnelle et unique. » Plus d’informations sur le site de la manifestation : www.elevation1049.org. Visuel : Mirage Gstaad (simulation), Doug Aitken, 2019. © Atelier de Doug Aitken.