Disparition d’Eduardo Arroyo

Eduardo Arroyo s’est éteint à Madrid à l’âge de 81 ans, ce dimanche 14 octobre, des suites d’un cancer. Né le 26 février 1937 dans la capitale espagnole, alors en pleine guerre civile, il avait fui le franquisme pour s’installer à Paris en 1958. Depuis la mort de Franco, en 1975, il partageait son temps entre la France et l’Espagne. Passionné de littérature et de cinéma, il fut l’un des pionniers de la figuration narrative. Il laisse une œuvre engagée, s’inscrivant dans une critique à la fois politique et sociétale de son époque. Si la peinture reste son médium de prédilection, Eduardo Arroyo fut également sculpteur, caricaturiste, scénographe et écrivain ; en 1982, il avait par exemple publié une biographie du boxeur panaméen Panama Al Brown. Sa dernière exposition d’envergure en France avait été orchestrée en 2017, sous forme de rétrospective et à l’occasion de son 80e anniversaire, par la Fondation Maeght à Saint-Paul de Vence. « La peinture est en quelque sorte littéraire ; et c’est dans ce sens que je travaille sur des thèmes. Il y a un début, une fin, des personnages, et l’ambiguïté propre aux romans. C’est donc un récit, comme si j’avais écrit une quinzaine de romans », expliquait l’artiste à cette occasion. Visuel : Eduardo Arroyo, en 2017 à la Fondation Maeght. Photo extraite de la vidéo tournée par CreativTV.net, courtesy Fondation Maeght.