Disparition de Geneviève Claisse

Figure française majeure de l’abstraction géométrique, Geneviève Claisse est décédée, ce lundi 30 avril à Dreux (28), des suites d’un accident survenu la veille. Née en 1935 à Quiévy, dans le Nord, autodidacte, elle avait rejoint dès l’âge de 23 ans le mouvement Abstraction Création créé par Auguste Herbin, son grand-oncle maternel. Tout au long de son parcours d’une grande cohérence, Geneviève Claisse a développé, à travers la peinture, le dessin et la sculpture, un langage non-figuratif, libéré de toute référence au monde matériel. « Ecolière, j’étais déjà abstraite », s’amusait-elle à rappeler. Cercles, triangles, carrés, lignes et diagonales comptaient parmi les éléments récurrents de ses recherches formelles, intimement liées à celle sur la couleur. « Mon vocabulaire s’ouvre à la recherche du mouvement – et des espaces multiples – animant le plan de la surface peinte, expliquait-elle encore*. Le cercle et le triangle, traités tour à tour et séparément, sont des thèmes privilégiés de compositions sérielles où la simplicité extrême des formes est transfigurée par l’intensité chaque fois différente des rapports de couleur. » En 2015, à l’occasion des 80 ans de l’artiste, le Musée Matisse du Cateau-Cambrésis (59) avait accueilli une vaste rétrospective de son travail.
* Citation mise en ligne sur le site de la galerie Wagner. Ci-dessous un entretien vidéo réalisé en 2015 avec Geneviève Claisse par Mike Art Kunst Editions.