Dialogue(s) complice(s) entre patrimoine et création contemporaine en Occitanie

Initiée en 2012 par l’association Le Passe Muraille, « In Situ Patrimoine et Art contemporain » est une manifestation estivale dédiée au dialogue entre architecture patrimoniale et création artistique en région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée. Placée sous le commissariat de Marie-Caroline Allaire-Matte, sa septième édition est à découvrir jusqu’au 30 septembre au fil d’une balade reliant 12 sites, tous classés ou inscrits à l’inventaire des Monuments historiques, de l’Hérault, l’Aude, l’Ariège, du Lot et de l’Aveyron et dans chacun desquels un artiste a été invité à nouer un dialogue singulier. Ainsi l’abbaye de Gellone, à Saint-Guilhem-le-Désert, est-elle magnifiée par les sculptures de Yazid Oulab, tandis que le château de Baulx, à Saint-Jean-de-Buèges, accueille sur une partie de son mur d’enceinte une installation signée Pablo Garcia et que l’hôtel Flottes de Sébasan, à Pézenas, abrite une sculpture en métal et céramique de Pierre-Alexandre Rémy. A Narbonne, Nicolas Daubanes a imaginé un dispositif en néons pour la tour Gilles Aycelin, Vincent Barré une sculpture en bronze pour l’abbaye de Fontfroide et Stéphane Thidet une installation en bois occupant la salle d’apparat de l’abbaye de Lagrasse. Felice Varini investit quant à lui les remparts de la cité de Carcassonne à l’aide de l’une de ses anamorphoses monumentales (photo ci-dessus). Dans l’Ariège, Eric Michel a choisi de littéralement mettre en lumière le château de Foix ; Julie Legrand dispose dans la cathédrale Notre-Dame-de-la-Sède, à Saint-Lizier, trois de ses œuvres en verre. C’est une vidéo, réalisée sur place, qu’Agnès Fornells offre de découvrir au Musée du Patrimoine Industriel et Minier de Decazeville, dans l’Aveyron, tandis que Suzy Lelièvre fait écho à l’architecture et à l’histoire du Viaduc du Viaur à travers trois sculptures. Enfin, Nicolas Guiet s’empare de la façade de l’Hôtel de la Monnaie de Figeac avec une installation spectaculaire. Visuel :Cercles concentriques excentriques, Felice Varini, 2018. Photo André Morin.