Croisements singuliers au Théâtre La Colline

A l’invitation de Wajdi Mouawad, directeur du Théâtre national La Colline, situé dans le XXe arrondissement de Paris, Alain Willaume présente dans les espaces publics du lieu une installation photographique inédite. Mélancolie des collines est composée de photographies grand format, accompagnées d’écritures nomades, de textes de passages, changeant au gré des jours : ils seront autant empruntés à des poètes, dramaturges, romanciers, philosophes ou essayistes, qu’écrits sur place par le public – de 2 à 110 ans, est-il précisé ! Alain Willaume, qui fait partie du collectif Tendance Floue, a conçu sa proposition comme une méditation sur notre précarité fondamentale et nos prétentions de maîtrise, mais aussi un éloge du fragile et du doute, en puisant ses images dans différentes séries réalisées au fil de ses recherches. Le spectateur est placé face à l’énigme de leur apparition ; à lui d’imaginer un sens, un parcours, laissé ouvert par le dispositif de présentation des photographies choisies pour leur capacité à troubler le réel et à remettre en question nos certitudes de vision. Mis au point avec la complicité de Wajdi Mouawad et du graphiste-typographe Pierre di Sciullo, le dispositif supplémentaire d’« accrochage littéraire » s’entremêlant aux images offre au spectateur un niveau de lecture parallèle et pluriel. L’exposition est en accès libre jusqu’au 28 décembre, tous les jours sauf le lundi dès 17h. Visuel : Extrait de la série Les Invisibles, Alain Willaume, 2006-2009.