La coïncidence de Claire B. et Adrien M.

Une silhouette gracile saute d’un galet à l’autre, des crinières poussent sur des pierres, une pluie érode un rocher de verre, un fantôme invite à danser… Mirages & miracles est une surprise de poésie. La série d’installations imaginées par Claire Bardainne et Adrien Mondot a été montrée pour la première fois aux Subsistances, laboratoire international de création et pratiques artistiques, à deux pas de l’Ecole nationale supérieure des beaux-arts de Lyon. Cette nouvelle exposition de la compagnie Adrien M & Claire B sera visible à partir du 5 janvier au Lux, à Valence, puis à L’Athanor, à Albi, et au Arenberg Creative Mine, sur le site minier de Wallers-Arenberg, près de Valenciennes.

Claire Bardainne et Adrien Mondot.

« Les pierres sont simples, lourdes et immobiles. Les pierres sont tout ce qu’il y a de plus réel et matériel. Mais à écouter leur silence, on les entend. Elles parlent des forces qui les ont consumées, des distances qu’elles auraient parcourues, des génies qui les habitent. A les regarder, à travers des fenêtres de réalité augmentée, elles deviennent transparentes et leur inertie palpite. L’image, immatérielle, mobile, agile, vient incarner cet imaginaire et ouvrir ces “objets à réaction poétique”. » Dans l’ancien réfectoire aux fenêtres élancées, des galets d’encre et de pierre attendent de révéler leur secret. Sur une table basse, en file indienne, les plus durs d’entre eux traversent un flot agité de vagues, comme Moïse jadis la mer Rouge, tandis qu’une ligne les relie de part en part. Sur ce fil ténu, marche une silhouette, bras écartés du corps comme le ferait un fildefériste. Chaque pierre a son histoire. Petite parfois, mais toujours différente. Celles-ci ont été trouvées sur la côte sud de la Crète. Il y eut la première, découverte par hasard, puis les autres, cherchées ardemment pour tirer cette ligne blanche qui ne sert pas à délimiter ou exclure mais à associer, rapprocher. L’homme qui va et vient est une sorte de Sisyphe qui ne porterait aucun poids mais serait engagé dans un mouvement à la fois vain et perpétuel. Au systématisme de ces allers-retours, les artistes insufflent une dose de mystère. « Nous sommes très attachés à l’idée de faire se rejoindre le quotidien et la magie, à ce qu’il y ait une continuité entre les deux et qu’advienne un enchantement. Cette recherche du trait d’union est un axe principal de recherche. Faire se rejoindre réalité et virtualité, vrai et faux, ordinaire et magie. Pour faire comprendre que la distinction entre eux n’existe peut-être pas… C’est cette sensation-là que nous recherchons », explique Claire Bardainne pour deux. Une tablette numérique à la main, l’artiste s’adonne avec plaisir à la joie du partage. Depuis quelques jours déjà, elle guide les visiteurs dans Mirages & miracles, exposition qu’elle a conçue avec Adrien Mondot. Ensemble, ils ont créé et dirigent la compagnie Adrien M & Claire B, dont la vocation est de créer spectacles et installations dans les domaines des arts numériques et du spectacle vivant.

Vue de l’exposition Mirages & miracles aux Subsistances, à Lyon, Claire B. et Adrien M..

Au mur, quatorze dessins sérigraphiés (notre photo d’ouverture) attendent de prendre vie. Le visiteur se penche sur l’écran pour voir s’animer la matière. « C’est une petite galerie de portraits. On découvre que les pierres peuvent être poilues. Ce sont des pierres à cheveux ! Cela peut paraître dérisoire, mais c’est un travail sur les préjugés. Dans chaque dessin, j’ai essayé de rendre présents les prémices du mouvement. Il fallait que l’on sente que quelque chose va poindre. Nous sommes de grands observateurs de la nature. Nous adorons regarder les bancs de poissons, les vols d’oiseaux, comme les troupeaux de brebis. Tout cela nous inspire. » Dans l’espace d’exposition, divers scénarios se créent. Il n’y a pas de sens pour lire l’histoire et le temps n’est pas compté. Soucieux du confort du visiteur, les artistes ont tenu à fournir eux-mêmes les tablettes. Et chacun d’apprécier ce voyage au-delà des apparences sans écrans fêlés, ni notifications intempestives. C’est également un iPad à la main que le spectateur-acteur se dirige vers Grand clair, Caillou noir et Deux pierres, trois lithographies réalisées au cours d’une résidence à l’URDLA, centre international estampe & livre, installé à Villeurbanne. De chaque dessin nait un mouvement. En tourbillons, averses ou flocons, la matière s’échappe, se transforme, se contracte ou l’inverse. De la contemplation, l’imagination s’envole. Chaque regard s’approprie l’œuvre.

Vue de l’exposition Mirages & miracles aux Subsistances, à Lyon, Claire B. et Adrien M..

Sur une table haute, d’autres galets laissent s’exprimer leurs génies. De nouvelles petites silhouettes apparaissent et jouent avec ce qui les entoure. « Nous souhaitions rendre hommage aux pierres et aux esprits cachés qui se nichent dans tout ce qui semble inerte et immobile. Il est difficile d’expliquer exactement la genèse de ce projet. A l’instar des couches géologiques qui mettent un grand nombre d’années pour se sédimenter, l’idée s’élabore au fil du temps, sans même que nous en ayons conscience et, un jour, elle surgit comme par magie alors même qu’elle mûrit peut-être depuis 20 ans ! Une chose certaine, toutefois, est notre volonté de concevoir et de faire apparaître un animisme numérique. Evidemment conçu de toutes pièces, uniquement issu de notre fiction intérieure et servi par toutes les technologies à disposition. Nous invitons les spectateurs à plonger dans des couches d’imaginaire superposées au réel grâce à des fenêtres magiques. » L’âme de la pierre virevolte. Sa silhouette évolue sans se soucier du monde, toute à cette osmose cosmique et numérique à laquelle elle participe. Pour la faire naître, une danseuse de la compagnie a été mise à contribution. Grâce à une combinaison de motion capture, ses mouvements ont été enregistrés et intégrés à l’animation. Trois artistes différents incarnent ainsi les esprits. Certains corps ont été retouchés. Ainsi, aucun bambin n’a servi de modèle à celui qui s’exprime sous nos yeux.

Théâtre optique, exposition Mirages & miracles aux Subsistances, à Lyon, Claire B. et Adrien M..

Chaque proposition est ciselée et simple. « Nous sommes sur un modèle narratif proche à la fois du haïku et du gif animé. » Si la compréhension du phénomène est immédiate, le regard, lui, s’attarde. Il se promène à l’intérieur de la scène, un peu comme il le ferait face aux vagues qui déferlent, à la neige qui tombe ou du feu de bois qui crépite. Avant de s’intéresser à quelques objets de curiosité, installés à quelques mètres. De petits théâtres optiques proposent des tableaux irréels : une forme de verre érodée par une pluie numérique, comme si une matière concrète pouvait bel et bien entrer en contact avec une illusion. « Faire des images seules, coincées dans des écrans, ne nous intéresse pas. Ce que nous voulons, c’est les en faire sortir, les transformer en partenaires de jeu. » Un résultat qui est toujours dû à l’alliance de pratiques artisanales et technologiques, pour lesquelles le geste et la matière sont essentiels. Claire Bardainne et Adrien Mondot n’hésitent jamais à collaborer avec d’autres afin de mettre en œuvre la sensation qu’ils recherchent. Pour Mirages & miracles, ils ont notamment fait appel à un souffleur de verre et à un compositeur. La texture de la matière, sa profondeur et sa capacité à absorber et restituer la lumière. La vocation du son à pénétrer la chair, flotter dans l’air et rythmer le temps. C’est dans le détail que chaque pièce s’apprécie.

Installation de réalité virtuelle, exposition Mirages & miracles aux Subsistances, à Lyon, Claire B. et Adrien M..

Dans un espace aveugle, Pierre-nuage respire. Pris d’une irrésistible envie de s’allonger sur la moquette, le contemplateur prend ses aises. Son regard s’abîme dans l’attrayante forme ajustée au plafond ; il suit l’onde qui la parcourt lentement. « C’est comme si nous étions sous une rivière gelée à observer la glace en train de se déplacer. » Pour la première fois, le duo d’artistes projette une image sur une matière non plane. On imagine bien le travail d’adaptation qu’il a fallu pour rendre la pièce à la fois légère et harmonieuse. Les particules lumineuses évoluent en suspension. Tout est une question d’équilibre, le rendez-vous à ne pas manquer. Mais tout le monde est à l’heure et c’est heureux. A l’opposé de là, une autre pièce sans fenêtre accueille deux installations de réalité virtuelle. L’art ici oblige à l’immersion. Le visiteur appareillé d’un casque plonge dans des mondes différents. Dans le premier, il peut danser avec des fantômes. Dans le second, faire naître de la poussière d’étoiles et la sculpter. « La distinction entre matériel et immatériel devient furtive, friable, elle se fond progressivement dans la perception. La frontière qui les sépare se dissout. Ils ne forment alors plus qu’un unique espace, un autre réel. Organiser des coïncidences, c’est tisser des passerelles vraisemblables entre des informations provenant du monde sensible et un espace synthétisé par ordinateur issu de l’imagination humaine. » La coïncidence est aussi la rencontre d’une pluralité de courbes, de lignes et de surfaces qui s’ajustent et se confondent, exactement tout comme l’imaginaire et la pratique artistique de Claire Bardainne et d’Adrien Mondot.

Contacts

Mirages & miracles, jusqu’au 22 décembre aux Subsistances, 8 bis, quai Saint-Vincent 69001 Lyon. L’exposition sera visible du 5 janvier au 25 février 2018, au Lux, à Valence (26), du 10 mars au 8 avril 2018, à L’Athanor, à Albi (81), puis du 13 avril au 28 mai 2018, au Arenberg Creative Mine, site minier de Wallers-Arenberg (59).
Le site de la compagnie Adrien M & Claire B.

Crédits photos

Image d’ouverture : Vue de l’exposition Mirages & miracles aux Subsistances, à Lyon © Claire B. et Adrien M., photo MLD – Portraits de Claire B. et Adrien M. © Photo MLD – Vue de l’exposition Mirages & miracles (galets) aux Subsistances, à Lyon © Claire B. et Adrien M., photo MLD – Vue de l’exposition Mirages & miracles (galets) aux Subsistances, à Lyon © Claire B. et Adrien M., photo Romain Etienne – Théâtre optique © Claire B. et Adrien M., photo MLD – Installation de réalité virtuelle © Claire B. et Adrien M., photo Romain Etienne