Pendant ce temps, à Bamako

Sa dernière édition datait de 2011, puis la manifestation, co-produite par l’Institut français, avait été mise entre parenthèses du fait de la situation instable du Mali : depuis le 31 octobre, Bamako accueille sa dixième biennale africaine de la photographie, qui entend bien rester ouverte – jusqu’au 31 décembre – malgré les événements ayant endeuillé la capitale malienne ce week-end – 22 personnes ont été tuées lors d’une prise d’otages survenue à l’hôtel Radisson vendredi 20 novembre. S’articulant autour du thème « Telling Times » (Conter le temps), l’édition 2015 des Rencontres de Bamako a été confiée à la Nigériane Bisi Silva. « Les artistes réunis utilisent la photo, le film, la vidéo ou l’animation pour construire des visions du temps fragmentées, disjointes ou récursives par nature, comme autant de façons de raconter les histoires, les expériences et les désirs », précise la directrice artistique. Quelque 39 artistes et collectifs proposent ainsi de nouvelles façons de réfléchir le passé, d’échanger sur le présent et d’imaginer le futur dans le cadre d’une vaste exposition panafricaine présentée au Musée national du Mali. La programmation se déploie par ailleurs dans de nombreux espaces – publics, privés et/ou associatifs – de la ville, qui accueillent diverses rencontres, monographies et expositions thématiques.