Aldo Bakker, l’épure des formes

Aldo Bakker

Le Centre d’Innovation et de Design du Grand-Hornu (CID) offre au Néerlandais Aldo Bakker un moment de pause, le temps d’une exposition au titre éponyme. C’est la première grande rétrospective consacrée à ce designer de la nouvelle génération et à son processus créatif né d’un regard neuf porté sur le monde. Mise en scène d’un travail qui nous parle de formes, de pauses, d’arrêts, de lenteur, de gestuelle et d’une indispensable contemplation.

Aldo Bakker est né dans la culture artisanale de ses parents, les créateurs de bijoux d’avant-garde Emmy van Leersum et Gijs Bakker. Sa carrière, il la doit essentiellement à sa détermination. Après quelques tentatives académiques infructueuses, c’est comme apprenti dans l’atelier d’orfèvrerie du Néerlandais Willem Noyons qu’il débute. Cet apprentissage en rupture avec les circuits artistiques traditionnels l’amène à travailler directement avec des artisans, des menuisiers, des orfèvres et maîtres laqueurs. Ainsi naît sa passion, dans la paix et le calme d’un atelier pour lequel il travaille pendant huit ans avant de s’installer à son compte en 1999, emportant avec lui ce lien sensoriel à la matière et cette précision méticuleuse qu’il déploie dans la conception et la construction de ses créations.

Aldo Bakker
Swing, Aldo Bakker, 2014.

Aldo Bakker, au premier regard, ce sont ces formes archétypales, presque familières, qui questionnent notre imagination, nos connaissances et nos sens. Souvent fabriquées à partir d’une seule matière, elles semblent organiques, leur fonctionnalité réduite à la dramatisation d’un geste fondamental : contenir, verser, soutenir, ouvrir, prendre en main au-delà de toute volonté ergonomique. Et ce n’est qu’en s’attardant qu’on en perçoit la remarquable sophistication. Dans la recherche méticuleuse, presque rituelle, apportée au développement technique, Aldo Bakker compose des pièces à la présence sculpturale, ne laissant aucune place au hasard. A chaque objet, son propre questionnement. Ces formes parfois extravagantes se construisent dans la lenteur des mois et des années à la recherche des artisans qui leur donneront vie. Ainsi éprises de leur singularité raffinée, elles se livrent, en quête de sens et de fonction.

Adepte de la production en petite quantité, Bakker compose une gamme éclectique d’objets patiemment et passionnellement ouvragés, où un soin particulier est apporté à chaque détail. Ainsi, les pièces d’Aldo Bakker prennent la pause dans cette exposition – à la scénographie signée par lui-même et son équipe – tels les éléments organiques d’un tableau, chacun rayonnant de sa propre autonomie. (…)

Dans le cadre d’un partenariat engagé avec notre consœur belge Muriel de Crayencour, créatrice d’un site d’actualité artistique en Belgique, nous vous proposons d’un clic de poursuivre la lecture de cet article sur Mu-inthecity.com.

Contacts
Crédits photos