A Liège, par-delà l’image

Richard Mosse

Pour sa dixième édition, la Biennale internationale de la Photographie et des Arts visuels de Liège, en Belgique, change de nom et devient Biennale de l’Image Possible – BIP 2016. Une nouvelle dénomination souhaitant coller aux évolutions observées lors des précédentes éditions, avec une image de plus en plus hybride et déployée sur toutes formes de support.

Ce relooking de la biennale n’est pas synonyme d’abandon de la photographie, bien au contraire, mais de son inclusion dans un réseau plus large, qui permet à la fois d’en décloisonner formes et frontières, mais aussi d’en revisiter les pratiques. Cette subtile refonte sémantique est pleinement actée dans l’exposition L’image possible, présentée au Manège de la Caserne Fonck, où il est difficile de passer à coté de la série infra de Richard Mosse : les nuances violettes, roses et rouges de ses clichés pris au Congo attirent irrémédiablement le regard. Ils ont été réalisés grâce à la pellicule Kodak Aerochrome, permettant de révéler les infrarouges et initialement destinée à un usage militaire. En détournant la technique originelle, Richard Mosse offre un regard neuf sur un conflit oublié de tous, tout en se jouant des codes du photojournalisme : tanks, mitraillettes, soldats, rebelles et populations déplacées se voient soudain sertis d’un nouvel « éclat », l’ensemble s’apparentant à un songe que Lewis Carroll lui-même n’aurait pas renié.

Dans leur volonté de promouvoir les artistes issus de la Fédération Wallonie-Bruxelles, les organisateurs du Bip ont eu le nez fin en offrant à Emmanuel van der Auwera une place centrale. Par un jeu de filtres interposés, son installation principale, Videosculpture XII, plonge le visiteur dans un voyeurisme coupable, où s’engage subrepticement sa responsabilité de spectateur, à l’abri de toute anicroche. Agrémentée d’autres installations vidéo et photo, la proposition artistique du Bruxellois offre une mise en perspective acerbe et juste de la réalité, sans toutefois tomber dans une moralisation convenue. (…)

Dans le cadre d’un partenariat engagé avec notre consœur belge Muriel de Crayencour, créatrice d’un site d’actualité artistique en Belgique, nous vous proposons d’un clic de poursuivre la lecture de cet article sur Mu-inthecity.com.

Lastwagen, Emmanuel van der Auwera.
Lastwagen, Emmanuel van der Auwera.

Contact

Crédits photos