Louidgi Beltrame – Les fantômes d’un monde effacé

C’est l’histoire d’une petite île du sud-ouest de l’archipel japonais répondant à l’exotique et doux nom d’Hashima, puis surnommée Gunkanjima – signifiant littéralement île navire de guerre – après qu’un torpilleur américain l’eût pris pour cible, durant le conflit de 1939-1945, tant sa silhouette épousait celle d’un cuirassé. Aujourd’hui hérissé de bâtiments éventrés et d’installations gagnées par les herbes folles, l’îlot connut son heure de gloire au plus fort de l’industrialisation du pays, sous les traits d’une cité minière qui fit un temps figure de ville la plus densément peuplée au monde. Mais lorsque, au début des années 70, l’exploitation du charbon tombe en désuétude, la cité inexorablement se vide de ses habitants, et abandonnée des hommes se retrouve livrée aux brises et tempêtes marines. «  Gunkanjima rassemble les vestiges archéologiques de l’architecture moderne japonaise – une «  miniature  » de l’archipel, une ruine contemporaine, un objet d’expérimentation urbaine verticale, extrême et non planifiée. Parcourue d’un réseau de galeries et de passerelles, elle abritait une école, des cinémas, des temples, des bains, une piscine, des salles de sport, un hôpital et des immeubles collectifs. Le réseau souterrain des mines s’étendait jusqu’à mille mètres de profondeur. C’est aussi l’histoire de cette activité souterraine et la vie de cette communauté insulaire que racontent les ruines  », explique Louidgi Beltrame. Un récit, comme un ultime témoignage, que recueillent et révèlent les images de cet artiste, inlassable explorateur de ces espaces à la fois concrets et hors du temps que constituent ruines et vestiges de l’architecture moderne et progressiste. «  Je filme ces architectures fantômes – aujourd’hui désactivées – dans leur matérialité, comme des sculptures monumentales. Ces formes vides sont néanmoins habitées par des histoires stratifiées. Celles des conditions de production, des idéologies qui ont motivé ces chantiers, des hommes qui les ont bâtis et exploités.  » Autant d’empreintes symboliques et tangibles d’une histoire révolue dont le futur partage notre actualité.

Louidgi Beltrame
Images extraites de Gunkanjima, vidéo, Louidgi Beltrame, 2010

GALERIE

Contact
Crédits photos