Manolo Valdés – L’art de toutes les métamorphoses

Il est sans conteste l’un des plus grands artistes espagnols de sa génération. Né à Valence en 1942, Manolo Valdés fonde à 22 ans, en 1964, aux côtés de Juan A.Toledo et Rafael Solbes, l’un des groupes les plus importants du pop art espagnol (Equipo Crónica). En 1982, il décide de poursuivre son chemin en solitaire mais dans la lignée du travail réalisé au sein du groupe qui prône la réutilisation de toute une série d’éléments de l’histoire de l’art. Peintre avant de devenir sculpteur, il s’adonne à une recherche picturale jubilatoire, ou texture, matière brute, empâtements de couleurs et volumes mènent un rude combat sur la toile, la malmène, la répudie, la crève, et façonnent un univers palpable où la poésie affirme son règne en grande prêtresse. Avec l’engouement et la passion qui animent les aficionados, l’artiste ressuscite, au-delà d’une simple réinterprétation, les icônes et les motifs des grands chefs-d’œuvre du passé. Ne conservant que quelques traits essentiels à les rendre reconnaissables, il se les approprie, les métamorphose et en restitue l’essence même pour les inscrire dans le temps présent. Si Vélasquez occupe une place primordiale, d’autres maîtres comme Pisanello, Goya, Ribera, Van Eyck, Rembrandt ou encore Picasso, Miró et Matisse accompagnent sa quête inspirée. La galerie Marlborough à Monaco présente actuellement 18 toiles grand format et des sculptures récentes. Certaines pièces monumentales en bronze ont investi les jardins de la place du Casino et les rues de Saint-Tropez. Autant d’occasions de découvrir les recherches d’un artiste qui inlassablement expérimente le pouvoir esthétique et sensuel de matériaux simples et bruts comme la toile de jute, la ficelle, le bitume, le bronze, les rivets ou les racines d’arbre. Subtil assemblage de matières qui contribue à la richesse plastique d’une œuvre qui après s’être emparée des grandes œuvres du passé, les transmue entre lumière et couleurs pour mieux leur redonner vie ici et maintenant.
Manolo Valdés
Caballero, Manolo Valdés, 2008

GALERIE

Contact
Crédits photos