Printemps de septembre – Le sacre du Printemps à Toulouse

Amy O’ Neill

Le Printemps de septembre 2009 vient d’ouvrir ses portes dans la ville rose sous la direction artistique de Christian Bernard, instigateur du succès de l’édition 2008 et directeur du MAMCO à Genève.

Avec pour objectif de faire découvrir la richesse de l’art contemporain, qu’il soit plastique ou vivant, la manifestation rivalise d’expositions et de spectacles. Entre peinture, photographie, vidéo, sculpture, installations, musique…, le cœur de la ville bat au rythme des événements inspirés par des artistes venus d’horizons très différents. Si le thème, « Là où je suis n’existe pas » semble faire écho à celui de l’année dernière, « Là où je vais, je suis déjà » , il abandonne le champ du réel pour s’épanouir dans celui de la subjectivité et fait la part belle au dessin. Parmi les nouveautés : 10 lieux d’exposition supplémentaires et la création d’une radio dédiée à la manifestation. Cette « radio du bout de la nuit » privilégie le direct et se présente comme un lieu de rencontre, de création et de parole où le public peut écouter les artistes, mais aussi découvrir des performances inédites (les 24, 25, 26 septembre, les 2 et 3 octobre sur FMR 89.1 de 22 h à 1 h à l’école des Beaux-Arts de Toulouse). Notons également que les Soirées Nomades de la fondation Cartier ont étoffé leur programmation et offriront cette année sept spectacles et six concerts. Par ailleurs, l’exposition Quand les attitudes dévoile le travail de Július Koller, Klara Kushta, Jirí Kovanda et Tony Morgan, quatre artistes connus dans les années 1970 pour leurs performances, mais dont les travaux marquants n’ont touché qu’un monde restreint d’initiés. Voici donc l’occasion de s’immerger dans une époque où l’artiste était son propre sujet, tout en découvrant une page quelque peu discrète, mais passionnante de l’histoire de l’art.

Andreas Döbler
Capriccio, Andreas Döbler, 2009

GALERIE

Contact
Crédits photos