Tour des galeries à Lyon – L’essentielle rue Burdeau

Arièle Bonzon courtesy la galerie du Réverbère

Métro-TGV-métro. Vous passez de la station gare de Lyon à celle de la Croix-Paquet en moins de temps que la lecture d’un bon roman ne l’exige  ! Là, une volée de marches plus loin, la rue Burdeau vous accueille. D’un aspect austère, elle abrite de nombreuses galeries d’art, dont l’une installée depuis plusieurs dizaines d’années, à l’époque où le quartier était en déshérence et le souvenir du travail de la soie encore bien vivant à la Croix-Rousse. Si désormais l’art contemporain s’y est niché, il n’est pas pour autant absent du reste de la cité lyonnaise. De part et d’autre du Rhône et de la Saône, il a fait souche. Entraînée par le dynamisme de son musée d’art contemporain et de sa biennale, la ville s’explore avec intérêt et délice. Sélection à renouveler sans modération.

Galerie du Réverbère. A tout seigneur, tout honneur. La galerie du Réverbère est l’historique de la rue Burdeau. Catherine Dérioz et Jacques Damez s’y sont installés il y a plus de 30 ans, alors qu’il était audacieux d’imaginer un lieu d’art dans ce quartier et encore plus de le consacrer pleinement à la photographie contemporaine. Pionniers en la matière, ils sont aujourd’hui à la tête d’une des galeries photo françaises les plus reconnues et les plus dynamiques – il suffit de voir le nombre important d’événements hors les murs qu’elle propose. Une réputation acquise grâce à un esprit de curiosité, un souci de cohérence, une volonté de fer et une fidélité à leurs idées et aux hommes qui les entourent. Parmi les artistes qu’ils exposent, citons Yves Klein, Rip Hopkins, Bernard Plossu et Denis Roche. Nombre de photographes avec lesquels ils ont débuté sont toujours là. C’est notamment le cas d’Arièle Bonzon et d’Yves Rozet dont les séries respectives Incertitudes et Figures déliées sur un fond sans fond sont actuellement aux cimaises.

Contact> Jusqu’au 27 avril à la galerie Le Réverbère, 38, rue Burdeau 69001 Lyon. Tél.  : 04 72 00 06 72 et 06 08 55 91 78 et www.galerielereverbere.com

Galerie Anne-Marie et Roland Pallade. L’espace est superbe. Libéré de son étage d’origine, il peut accueillir de grands formats et laisse respirer les œuvres. Anne-Marie et Roland Pallade exposent des pointures. Installés rue Burdeau depuis 2005, ils défendent, entre autres, les œuvres de Pat Andrea, Jean Le Gac, Jacques Monory, Antonio Segui et Vladimir Velickovic. Férus de voyages et de découvertes, ils se donnent le temps de la réflexion. Chez eux, le choix d’un nouvel artiste ne relève pas seulement du coup de cœur. Si Roland Pallade aime à dire que l’œil, c’est Anne-Marie, c’est bien ensemble qu’ils visitent les ateliers et décident in fine d’exposer tel ou tel. Fidèles, ils abordent leur rôle de galeristes dans le temps. Actuellement, ils exposent les explosants tableaux en volume d’Eric Liot, véritables puzzles de morceaux de bois peints et rivés les uns aux autres.

Contact> Jusqu’au 16 mars à la galerie Anne-Marie et Roland Pallade, 35, rue Burdeau 69001 Lyon. Tél.  : 09 50 45 85 75 ou 06 72 53 70 34 et www.pallade.net

Eric Liot courtesy Anne-Marie et Roland Pallade
Le Boxeur, Eric Liot, 2012

Galerie Françoise Souchaud. Au 35 de la rue Burdeau, vous découvrirez la galerie de Françoise Souchaud. Aux murs, les toiles imposent leur univers. «  Tof Vanmarque est un jeune artiste qui vit sur l’île de Molène, au large d’Ouessant, sans télévision ni smartphone, au milieu de paisibles troupeaux de moutons  », explique Pierre Souchaud, bien connu dans le milieu de l’art pour avoir notamment créé, en 1981, le magazine Artension. «  Vivre sur ce caillou nous remet à notre condition d’humain sur une planète. En y arrivant, la seule chose qu’on retrouve c’est soi-même, c’est une vraie quête intérieure, et c’est la liberté totale », lui confie le peintre. Ici, l’homme est au cœur des préoccupations artistiques. Françoise Souchaud choisit des œuvres folles, des mondes oniriques, des aventures esthétiques. Martine Bligny, Evelyne Galinski, Marc Dailly, Danielle Le Bricquir et Eduardo Zamora font partie de ses choix. Saisissement garanti.

Contact> Jusqu’au 16 mars à la galerie Françoise Souchaud, 35, rue Burdeau 69001 Lyon. Tél.  : 04 78 42 49 51 ou 06 87 95 17 98 et www.galerie-souchaud.fr

Tof Vanmarque courtesy galerie Françoise Souchaud
L’ami imaginaire, Tof Vanmarque
Fondation Bullukian. Elle donne sur la place Bellecour. Un peu en retrait à l’abri de sa petite cour pavée, la Fondation Bullukian est un lieu accueillant. Depuis 25 ans, elle soutient la création artistique et, parallèlement à sa programmation culturelle, organise de quatre à six expositions par an. Il ne reste que deux jours pour admirer Monument aux Mains de Jérémy Gobé, qui fut, en 2012, le lauréat du Prix Bullukian d’aide à la création pour de jeunes artistes. Fruit d’une résidence à Lyon, le travail ici présenté est spectaculaire et évoque tant le passé textile de la ville que l’histoire familiale du plasticien. De véritables sculptures en sangle de tapissier naissent de gestes mille fois répétés. Hommage aussi à celles de l’artiste Simone Pheulpin qu’il a rencontrée. Ne pas manquer la vidéo, témoin d’une performance pour laquelle Jérémy Gobé a refait le geste d’un ouvrier travaillant une bande de tissu de 30 mètres. Il sera heureux de le retrouver prochainement au Palais de Tokyo à Paris (Meltem, du 22 mars au 15 avril).

Contact> Jusqu’au 28 février à la Fondation Léa et Napoléon Bullukian, 26, place Bellecour 69002 Lyon. Tél : 04 72 52 93 34 et www.bullukian.com

Galerie Le soleil sur la place. Malgré la proximité de la sculpture équestre de Louis XIV, le nom de la galerie de Michèle et Michel Roux-Levrat n’évoque pas le bâtisseur de Versailles mais rend hommage à l’astre, source de chaleur et de bonne humeur. Ici, le sourire est de mise et l’accueil une priorité. L’art est affaire de coup de cœur et doit être partagé. Si nombre d’artistes représentés par le couple sont originaires de la région, cette appartenance n’est pas une règle. Citons, dans la longue liste de leurs invités, Laurent Chabolle, Alfredo Echazarreta, Christophe Miralles et Tony Soulié. Sans oublier Gérard Cambon. Il reste quelques jours pour profiter de l’exposition Espéranto, consacrées aux récentes créations de ce dernier. Ses locomobiles et autres manèges sont exposés pour la première fois à la galerie. Gageons que ce ne sera pas la dernière.

Contact> Jusqu’au 2 mars à la galerie Le Soleil sur la place 4, rue Antoine-de-Saint-Exupéry 69002 Lyon. Tél. : 04 78 42 56 65 et www.lesoleilsurlaplace.com

Jérémy Gobé courtesy fondation Bullukian
Monument aux Mains, Jérémy Gobé

GALERIE

Contact
Crédits photos