Pirates – Les rebelles d’outre-temps

On connaît le plus célinien des écrivains américains William S. Burroughs, l’un des plus noirs aussi de la Beat Generation, et ses romans hallucinés. Dans Les Cités écarlates notamment, il évoque le mythe de Libertalia, une colonie de pirates libertaires avec à leur tête un certain capitaine Mission, installés au XVIIe siècle au nord de Madagascar. Un modèle d’utopie politique qui aurait duré quelque vingt-cinq ans. Réalité ou légende, l’histoire est trop belle pour qu’elle ne devienne récit fabuleux. L’histoire de cette colonie apparaît pour la première fois dans l’Histoire générale des plus fameux pirates, du capitaine Charles Johnson (alias, semble-t-il, Daniel Defoe).

Le Cabinet d’amateur, jamais en peine d’expositions singulières, présente en exclusivité avec Pirates, le livre d’artiste The Ghost Lemur of William S. Burroughs, inspiré des écrits du fameux Charles Johnson, œuvres sur papier de Tony Soulié et Patricia Erbelding. Entre les doubles pages, les deux artistes conjuguent ici magnifiquement leur sensibilité propre et en parfaite symbiose pour illustrer ce poétique voyage en utopie. Leurs couleurs, du jaune orangé au rouge corail font vibrer sur les textes de Burroughs ces contrées aux falaises abruptes de l’océan Indien hantées par les fantômes de l’écrivain et encore secrètement habitées par l’esprit de Mission, où perdure l’esprit chamanique : ours, tête de cerf, mais aussi lémuriens si discrets et furtifs qu’on les a surnommés des lémures – ou spectres des défunts, crânes et carte de l’Afrique.

Patricia Erbelding témoigne d’une prédilection à collaborer avec des écrivains, des poètes. Et si elle expose dans le monde entier, à l’instar de Tony Soulié, l’un comme l’autre ne s’interdisent aucun médium. De l’illustration à la sculpture ou la photographie, la peinture est pour eux un support ; il s’agit sans doute moins de percevoir que de ressentir ; d’aller au-delà du miroir pour laisser la réalité transparaître en filigrane. D’ailleurs, au fil de ce corps à corps avec la perception, l’ancien élève des Beaux-Arts et des Arts appliqués a pratiqué la danse, le théâtre, l’acrobatie, et toujours la photographie et la peinture. Les terres de l’extrême – Hoggar, Etna –, demeurent pour lui autant de lieux de défi. Sa manière, peut-être, entre fascination et provocation mesurée, d’être en accord avec le monde et sa prodigieuse diversité.

GALERIE

slider
Pas d'images trouvées
Contact
Crédits photos