Ernesto Neto – L’Odyssée des sens

A l’image d’un Merlin, l’enchanteur Ernesto Neto, figure majeure de la scène artistique brésilienne, a métamorphosé l’espace supérieur et les terrasses extérieures de la Hayward Gallery de Londres avec une installation sculpturale monumentale aussi charnelle qu’architecturale. Le visiteur la découvre en s’enfonçant dans un dédale complexe d’espaces aux allures de labyrinthe. Evoquant à la fois les paysages intérieurs du corps et la peau qui en fixe les frontières, l’installation, constituée de tulles de polyamide et de coton extensibles, incite par la transparence du matériau à une nouvelle lecture de l’espace où architecture et sculpture s’accordent un temps privilégié de rencontre fusionnelle avec le visiteur. Ici une cavité jonchée de coussins moelleux invite le passager à une halte contemplative. Là une senteur épicée s’échappe d’une protubérance en suspension et vient titiller notre mémoire olfactive  ; car au-delà des émotions que suscitent le regard et le toucher c’est l’ensemble de nos sens qui sont ici sollicités. A travers ce voyage sensoriel l’artiste souhaite faire partager son émerveillement face à la poésie du monde.
Courtesy Hayward gallery, Photo Steve White
,
Toujours à la recherche de nouveaux médiums et de nouvelles sensations, il présente sur les terrasses extérieures, diverses installations, une piscine où le public est invité à se rafraîchir, plus loin un petit parcours paysagé Walking to the future que le promeneur emprunte juché sur un petit muret. L’aspect à la fois ludique et périlleux de la balade souligne la fragilité des équilibres qui régissent le monde. Sur un des parvis trône, tel un jeu de construction, une sculpture monumentale dont l’artiste a expérimenté le concept lors d’une résidence à l’Atelier Calder à Saché (France), en 2007. Composée de pièces aux formes arrondies et encastrées les unes dans les autres, elle s’élève dans les airs et semble vouloir proliférer à l’infini comme une jungle au cœur de la ville.
Courtesy Hayward gallery, Photo Steve White
,

GALERIE

Contact
Crédits photos