Salon du dessin contemporain – Le dessin primordial

Avec seulement deux éditions derrière lui, le salon du dessin contemporain a su s’imposer parmi les meilleurs événements de l’année artistique. Pourtant l’an dernier, le choix du lieu n’était pas heureux et il était difficile de se croiser dans ces bureaux aménagés pour l’occasion. Peu importe, l’enthousiasme de la découverte était là et ne fut pas déçue. Cette année, c’est le Carreau du Temple qui accueille les soixante-trois galeries. « L’esprit du dessin est partout » « Le dessin sous toutes ses formes est en pleine forme » « Une histoire ouverte du dessin » : ces phrases ou expressions de Laurent Boudier, cofondateur et directeur artistique du salon, écrites en rouge dans le dossier de presse du salon, disent que le dessin touche tout le monde, qu’il est dynamique et donc peut peut-être échapper à la crise et fait du salon un des acteurs principaux du mouvement de renaissance de cette discipline quelque temps effacée par d’autres aventures esthétiques que d’aucuns auraient voulu imposer comme la norme. Le dessin est fondamental et l’amour du dessin est universel. Ce salon n’est donc pas seulement l’opportunité pour certains de miser sur de jeunes artistes, il donne la possibilité à tous d’aller admirer les plus doués d’entre nous : ceux qui, comme tous les enfant, ont pris un jour un crayon pour représenter leur maison, leurs parents, un chat ou la voisine et qui, comme très peu, n’ont jamais cessé. Aujourd’hui le dessin utilise d’autres supports que le papier et ce n’est rien que de très normal. Il n’est pas bon de laisser aux techniciens l’entière maîtrise des nouveaux outils technologiques. Il faut que ceux qui possèdent le geste et le sentiment, investissent cet espace de grande liberté qu’est le monde numérique pour transmettre là aussi la sagesse millénaire de la main.

GALERIE

slider
images not found
Contact
Crédits photos