Dessin contemporain – A vos tablettes !

Le nouvel e-mag d’ArtsHebdo|Médias est dès maintenant accessible gratuitement sur l’App Store et Google Play. Il est consacré au dessin contemporain. Venez faire connaissance avec la Génération 1980. Tous des aventuriers !

Ils sont nés entre 1980 et 1989. Les plus âgés commencent à sentir poindre une certaine maturité, les plus jeunes sortent tout juste de l’école. Tous rivalisent d’enthousiasme, d’envies et de projets. Tous sont des aventuriers incroyables, engagés dans une voie étroite, intransigeante et fascinante. Au-dessus d’eux planent tous les plus grands noms de l’histoire de l’art. Héritiers sans complexes mais responsables et fervents, ils travaillent sans relâche à la poursuite de leur rêve. Ils ont choisi le dessin comme une évidence, une nécessité pour être au plus près de ce qu’ils ressentent. Pour eux, la feuille et le crayon sont bien plus qu’un préalable, un exercice, un délassement. Ils ne dessinent pas seulement en voyage ou pour donner corps à une idée. Ils dessinent pour dessiner. Ce dessin-là n’a rien à voir avec le nôtre, celui des gribouillis d’enfant ou des temps volés aux réunions fastidieuses. Il est porté par l’amour de l’immédiateté, de la spontanéité, séduit souvent par une certaine économie de moyens. Peu d’artifices possibles, nulle part où se cacher. Il oblige à l’honnêteté. Le dessin montre l’artiste tel qu’en lui-même, établit une proximité, voire une intimité avec le regardeur. Le spectaculaire n’existe pas en dehors d’une technique irréprochable, d’une idée non conformiste et d’un sentiment à fleur de papier. Parfois un de ces trois éléments suffit. C’est rare, mais c’est possible. Comme en musique, la virtuosité est un atout mais elle ne peut contenter pleinement  ; elle peut parfois n’être que cela, en toute stérilité. Tout est question d’alchimie. Dans le dessin comme dans la vie. Les jeunes artistes présentés ici sont au début du chemin. Ils ne sont pas sectaires et parlent, voire usent, d’autres disciplines comme la peinture, la photographie ou l’installation. Cette génération privilégie à l’évidence l’idée et la réflexion, l’émotion et la sensation. Elle met en scène notre société, ses attentes, ses pulsions. Elle n’est pas tendre, souvent ironique, et avance les yeux grands ouverts. Parmi ses préoccupations essentielles – évitons de nous attarder sur l’homme et la nature qui occupent le devant de la scène depuis les parois des grottes de Lascaux –, il en est une qui retient l’attention  : l’entre-deux. Un intervalle, un interstice, zone de passage, de non-droit ou de suspension du temps. Il s’en passe des choses dans cet «  empire du milieu  », métaphore peut-être de l’espace dans lequel chacun d’entre eux se tient entre réalité et fiction, évidence et mystère, prose et poésie.

Notre e-magazine spécial Dessin est à télécharger librement depuis l’application ArtsHebdoMédias disponible sur l’App Store et Google Play.

N°8
N°8
N°8
N°8
Crédit photos