Frac Paca – Full sentimental

Lucien Pelen

Afin de soutenir et d’amplifier l’impact d’Art-O-Rama, le Frac Paca a choisi d’inaugurer son exposition de rentrée au moment où la manifestation ouvrait ses portes à la Friche Belle de Mai. Dans le cadre du projet Collections d’automne, organisé par l’association Platform (réseau regroupant les 21 Frac) Voyage sentimental 3 est la troisième exposition d’une série de six, présentées sur l’ensemble du territoire français. Un parcours qui entraîne le spectateur sur les pas de l’un des fondateurs du roman moderne, le peu orthodoxe pasteur Laurence Sterne (1713-1768), au fil de son dernier ouvrage, Voyage sentimental à travers la France et l’Italie, publié en 1762Chaque exposition, constituée pour l’essentiel de pièces appartenant aux Frac impliqués, propose un dialogue entre les œuvres afin de découvrir leur potentiel sentimental tel qu’on l’entendait au XVIIIe siècle. L’exposition accueille le spectateur avec une installation musicale de Céleste Boursier-Mougenot, à quelques pas le photographe Lucien Pelen dévoile les paysages vertigineux de la Lozère  ; non sans s’exposer, à l’arrière-plan, de façon périlleuse, histoire de rappeler la juste place de l’homme dans son environnement. Une démarche où l’absurdité de la posture participe au mystère et à la fascination que provoquent ces images. Plus loin une vidéo de l’artiste luxembourgeoise Su-Mei Tse, La marionnette souligne lasoumission physique sinon l’humilité de l’artiste face à l’universalité de l’art, et nous invite à une exploration du langage de la musique. Le motif musical, dans tous ses aspects métaphoriques, habite l’œuvre de bout en bout  : une représentation élégante où le burlesque agit comme le révélateur d’une allégorie parfois tragique de la condition humaine. Parmi les vidéos présentées, citons celle du poète Marcel Broodthaers. Sous une pluie battante, l’artiste laisse fébrilement courir sa plume. La vision des textes se diluant sous des trombes d’eau appelle à une réflexion sur l’éphémère, mais aussi sur la signification des mots, des images et de leurs écarts sémantiques. Loin de la violence et des formes de transgression valorisées par la modernité, c’est la poésie du monde et des hommes qui accompagne cet aimable voyage – c’est-à-dire digne d’être aimé, disait-on au XVIIIe siècle, et d’où l’on ressort charmé et comme réconcilié.

Artistes  : Ignasi Aballí, Bas Jan Ader, Céleste Boursier-Mougenot, Marcel Broodthaers, Marguerite Duras, Deimantas Narkevicius, Lucien Pelen, Hubert Robert, Su-Mei Tse, Ingrid Wildi, Rémy Zaugg.

GALERIE

slider
Pas d'images trouvées
Contact
Crédits photos