Jean Nouvel – L’île Seguin s’apprête à prendre le large

Une tour de 22 étages, des structures hautes – des «  châteaux  » dirait-on en termes de marine – pouvant s’élever jusqu’à 160 m, telles les cheminées d’un énorme paquebot pétrifié, l’île Seguin s’apprête à prendre le large. A la barre, l’architecte Jean Nouvel. La Fondation Pinault, boudée par certains, avait dû aborder les rivages de la Sérénissime, et préférer le Grand Canal aux bords de Seine. Autre temps, autre aventure. Et si les secrets du futur aménagement ont été bien gardés, la polémique n’a pas tardé et se poursuit. Le projet ne manque pas d’ambition  ; deux pôles, en aval musical, en amont culturel, se partageront les pointes de l’espace. Le premier de 32 000 m2, le second de 20 000 m2 consacré aux artistes et galeristes. Jean Nouvel estime à environ 30 000 le nombre de personnes qui pourraient au quotidien se rendre sur l’île du XXIe siècle. Le jardin de 2 hectares, ouvert il y a peu, se verra octroyer 2 hectares supplémentaires réservés à un grand jardin exotique de 400 m de long sous verrière rétractable. Au centre seront implantés un hôtel de luxe, des immeubles d’affaires, un complexe cinématographique, une résidence d’artistes, les deux pôles étant reliés par une rue commerçante bordée de bars et restaurants en terrasse. Soit, jardins inclus, 7 hectares sur les 11, 5 dont dispose l’île, dans un souci d’équilibre. On y circulera à pied, en voiture électrique ou à vélo. Il va sans dire  ; «  l’île de tous les arts  » sera écolo (panneaux solaires). Ancienne usine et siège social d’un des plus beaux fleurons de l’industrie automobile, ce lieu de mémoire ouvrière abritera le fonds d’art contemporain Renault, et – temps obligent, sans doute – la fondation Cartier et le fameux musée de l’Histoire de France voulu par l’Elysée. Les plus polémistes dénoncent des «  décisions obscènes  », un projet «  bling-bling  » en période de crise où chacun, ou presque, est invité à se serrer la ceinture, pour Jean Nouvel, qui balaie en quelques mots les critiques, il s’agit d’une «  île ouverte à tous, tournée vers la culture populaire et vers la Seine  ». Dernière escale de cette navigation au long cours  : en 2018.
Gaston Bergeret
Vue d’ensemble.
Atelier Jean Nouvel
Le grand jardin couvert @d’une verrière amovible.

GALERIE

Contact
Crédits photos