Mac Lyon – Droguet et Firman sous le même toit

© Philippe Droguet/Photo Blaise Adilon

Le Mac Lyon aborde l’été avec une grande exposition consacrée à l’œuvre de Daniel Firman. La matière grise en révèle, en effet, toutes les facettes. Sur deux étages, le visiteur chemine entre objets et corps visibles ou invisibles, présence et absence. « Je demande jusqu’à épuisement d’efforts à mes modèles de ne pas bouger, et c’est avec cette approche du temps que je fais de la sculpture », explique l’artiste qui, pour l’occasion, présente des formes déjà connues de son travail, comme une nouvelle version de son éléphant en apesanteur (Nasutamanus, 2012) ou un récent moulage de personne (Christine, 2013), et d’autres, plus inattendues, telles les pièces sonores. « Dans ce parcours d’œuvres, il était important pour moi que cette relation que j’entretiens depuis des années avec les musiques de type acoustique et sériel, soit représentée  », précise-t-il. Un exemple  : Drone Project, une platine-disque muette qui tourne autour de son galet dans une ambiance sonore permanente, brutale et répétitive. Parallèlement à cette exposition, le Mac Lyon propose également Blow up, consacrée au travail du plasticien Philippe Droguet. Au 1er étage du musée, l’exposition rassemble des pièces de la collection de l’institution, des œuvres récentes, ainsi qu’une création 2013 : Couvre feu, constituée d’une centaine de nichoirs à perruches assemblés sur deux lignes. Attirantes et, pour la plupart, organiques, elles se révèlent souvent étranges, voire inquiétantes. Une visite au musée s’impose.

© Daniel Firman/Photo Blaise Adilon
Vue de La matière grise, Daniel Firman
© Philippe Droguet/Photo Blaise Adilon
Vue de Blow up, Philippe Droguet
© Daniel Firman/Photo Blaise Adilon
Vue de La matière grise, Daniel Firman
© Philippe Droguet/Photo Blaise Adilon
Vue de Blow up, Philippe Droguet

GALERIE

Contact
Crédits photos