Berlinde De Bruyckere à Gand – La fabrique d’émotions

Berlinde De Bruyckere, photo Mirjam Devriendt

Le musée d’art contemporain de Gand, en Belgique, consacre actuellement une importante exposition à une enfant du pays  : Berlinde De Bruyckere. Depuis plus de 25 ans, l’artiste développe une œuvre où sculptures, dessins et installations sont autant d’échos au thème central de la vulnérabilité, traduit par le corps, qu’il soit humain ou animal. Quelque 100 pièces sont ainsi présentées au S.M.A.K., non pas chronologiquement, mais comme pour ponctuer une promenade, éclairant la diversité formelle ainsi que la récurrence des motifs et références qui nourrissent la démarche de la plasticienne flamande.

Impressionnante exposition que celle de Berlinde De Bruyckere, qui s’est ouverte en octobre au S.M.A.K. de Gand. On y découvre 15 années de création de cette artiste qui fut l’invitée du Pavillon belge de la Biennale de Venise en 2013. «  La discussion qui a mené à la mise en place de cette exposition a démarré en 2007-2008, avant même de savoir que Berlinde De Bruyckere était sélectionnée pour la Biennale, explique Philippe Van Cauteren, directeur du S.M.A.K. C’est donc en toute logique que nous avons soutenu (finances et logistique) Berlinde pour sa participation vénitienne. »

« La société suffoque sous l’indifférence, l’intolérance, poursuit-il. L’œuvre de Berlinde De Bruyckere nous enveloppe comme une seconde peau. Pourtant son œuvre n’a pas d’actualité. C’est-à-dire qu’on ne peut pas la situer dans le temps. Et pourtant, elle est actuelle dans son universalité. Cette œuvre est essentielle tant elle nous renvoie là où nous sommes aujourd’hui.  »

C’est l’immense Kreupelhout ayant occupé le Pavillon belge en 2013 qui est le départ du cheminement de la présentation. La sélection des œuvres – une centaine produites ces 15 dernières années – a été faite en fonction de l’espace, sans essayer de construire une chronologie ou une rétrospective. Le bâtiment a été transformé pour l’exposition : le plancher vernis a été recouvert d’une peinture presque noire et mate. L’exposition a été réfléchie comme un ensemble : les intentions de chaque pièce sont articulées pour donner un sens, une émotion autre, totale, comme une immense œuvre unique. Outre des sculptures et des installations, on découvre de très nombreux dessins, étapes importantes dans le développement du travail de l’artiste mais dont chaque exemplaire dégage une force unique. (…) 

Dans le cadre d’un partenariat engagé avec notre consœur belge Muriel de Crayencour, créatrice d’un site d’actualité artistique en Belgique, nous vous proposons d’un clic de poursuivre la lecture de cet article sur Mu-inthecity.com.

Berlinde De Bruyckere, photo Mirjam Devriendt
J.L., Berlinde De Bruyckere, 2005-2006

GALERIE

Contact
Crédits photos