NoArt – Sans sommation

NoArt courtesy galerie Olivier Waltman

Fusil aux multiples canons effilés et cartouches improbables, obus serti d’une étrange tubulure et grenade manométrique sont quelques-unes des pièces d’artillerie tout droit sorties de l’imagination débordante, débridée et résolument non politiquement correcte de NoArt.Un véritable arsenal au sein duquel humour et dérision sont, comme toujours chez ce tendre agitateur, au rendez-vous. En atteste notamment cette référence appuyée aux dessins animés de notre enfance que constitue le titre à double lecture de son exposition, Acmé, renvoyant à la notion de paroxysme ou à celle d’absurdité – ACME pour Another Company Making Everything –, chère à Tex Avery.Si l’artiste choisit ici de manier le langage des armes, c’est pour mieux jouer avec celui des mots et des idées, discipline dans laquelle il excelle et qu’il n’aime rien tant que partager avec le public. Robinets, vannes, tuyaux et boulons, pierres angulaires de ses sculptures métalliques, sont autant d’invitations à manipuler, échanger et réagir. Née lors de ses pérégrinations enfantines aux quatre coins d’une cour de ferme et attisée plus tard au détour de ses explorations des sous-sols parisiens, sa fascination pour l’univers des machines et de la mécanique industrielle a toujours nourri son imaginaire et motivé son inaltérable curiosité pour tous ces bouts de ferraille, un jour tombés en désuétude, qu’il glane et amasse patiemment au cœur de son atelier. Souvent, le design est l’« alibi » mis en avant pour offrir à ces objets déchus une seconde chance, celle d’une résurgence sous les traits d’un luminaire insolite, d’un fauteuil ambigu ou d’une table énigmatique et digne d’un décor de Jules Verne. D’autres fois, poursuivant son cheminement personnel et pavé d’espiègles intentions, NoArt ne s’embarrasse d’aucun justificatif et livre simplement sa perception du monde, qu’il met en boîte, au sens propre évidemment, ou qu’il révèle au travers de ses savantes et délirantes sculptures, succession de petits bonheurs aussi désarmants que percutants.

NoArt courtesy galerie Olivier Waltman
Pet Art, NoArt

GALERIE

Contact
Crédits photos