Michel Blazy – L’organique en ultime Vanité

Michel Blazy courtesy Rurart

Au commencement étaient les murs, badigeonnés de double concentré de tomates sans sel. Au sol, des briques de plastique noir vouées à la culture des pleurotes jaunes et grises. Au cœur de ce curieux décor, trois vidéos aux titres évocateurs – Multi-Vers, Voyage au centre et Graine de poivron vert – révèlent en gros plan le fourmillement de la vie, l’inéluctable décomposition de l’organique, la mort qui s’ensuit, et les autres qui s’en nourrissent… thème d’exploration favori du maître des lieux. Ex croissance est la dernière installation organique de Michel Blazy, qui, comme à son habitude, nous entraîne au cœur des arcanes du vivant et de sa dynamique à la fois fragile et puissante. Au fil des semaines d’exposition, le temps tranquillement tisse son ouvrage, le velouté des parois doucement s’altère, les moisissures dessinent une nouvelle topographie, tandis que les champignons se développent et s’épanouissent avant d’entamer leur lente nécrose. De nouveaux micro-organismes font leur apparition, prolifèrent et participent au renouvellement aléatoire d’une œuvre en continuelle mutation et forcément éphémère, puisque liée à une certaine durée – celle de l’exposition – et à un lieu donné, en l’occurrence le centre d’art Rurart, établi au sein du lycée agricole de Rouillé, dans la Vienne. «  La plupart des choses que je fais ne se conservent pas  », constate l’artiste qui, de fait, affectionne les matières simples et périssables qui peuplent notre quotidien et à partir desquelles il poursuit son travail «  sur l’idée de la vie, de la mort, et comment les deux sont liées  »  : l’organique en ultime Vanité.

Michel Blazy courtesy Rurart
Murs de double concentré de tomates@sans sel et briques de culture@de pleurotes, Michel Blazy, 18 janvier 2010

GALERIE

Contact
Crédits photos