Erwin Wurm à Vilnius – Le pouvoir du jeu

Erwin Wurm

L’Autrichien Erwin Wurm est à l’honneur cet été à Vilnius, capitale lituanienne. Alors que la Galerija Vartai propose Interpretation, sa deuxième exposition personnelle dans la galerie, le Centre d’art contemporain de la ville accueille Narrow House, un objet architectural monumental, présenté à la Biennale de Venise en 2011

«  J’ai longtemps gardé séparées par une paroi étanche les problématiques de l’art et de la vie. Puis, j’ai brisé cette frontière. J’ai également donné une place et une valeur à ce que l’on rejette ou ce que l’on cache habituellement  : le ridicule, l’échec. Le jeu possède à mon sens une grande force, un vrai pouvoir de subversion  », explique Erwin Wurm à propos de sa démarche. A la Galerija Vartai, l’artiste autrichien offre au visiteur une expérience inédite. Divers objets déployés dans l’espace sont accompagnés d’une notule qui explique le processus à suivre pour se retrouver dans la posture suggérée par le plasticien. Tenir debout sur deux melons, avoir les pieds dans un seau et un autre sur la tête sont parmi les situations drôles et ubuesques à vivre. Plusieurs photographies illustrant ces One Minute Sculpturessont aussi exposées jusqu’au 8 août. Au centre d’art contemporain, Erwin Wurm présente Narrow House, un bâtiment à échelle réduite typique de l’architecture d’après-guerre en Autriche et censé représenter la maison de son enfance – il est né en 1954. Pour lui, la sculpture est d’abord et avant tout un art du volume  ; par conséquent, toute augmentation ou diminution des dimensions d’un objet peut être considérée comme une forme d’expression sculpturale. Dans ses œuvres, l’artiste utilise souvent des objets du quotidien tels que des vêtements, voitures ou maisons, dont il change l’échelle, les proportions et le volume. Des transformations qui peuvent à première vue sembler comiques, mais qui, en y regardant de plus près, ne sont autres que des métaphores et commentaires critiques sur les normes et les valeurs sociales, notamment, inspirés par son propre vécu. Erwin Wurm a grandi dans une famille où le père était inspecteur de police et la mère femme au foyer. De sa jeunesse, il se souvient comme d’une période de limitations et de contraintes strictes. A l’école, il était par exemple interdit de lire des bandes dessinées américaines mettant en scène Donald Duck, tandis que dans les années 1960, les autorités avaient banni le twist dans tout l’ouest de l’Autriche. Le sens de l’individualité – que représente, entre autres, le concept d’une maison privée – ne pouvait se manifester que sous des formes très limitées. Les redéfinir est pour l’artiste une manière de revenir sur l’expérience d’une génération ayant vécu dans un environnement contraint et normalisé. Le tout sans jamais se départir d’un humour aussi efficace que réjouissant.

Erwin Wurm, photo Arnas Anskaitis
Thinking about digestion, Erwin Wurm, 2005-2015
Erwin Wurm, photo Arnas Anskaitis
Freuds’ Rectification, Erwin Wurm, 2004
Erwin Wurm, photo Arnas Anskaitis
Vue de l’exposition Interpretation@à la Galerija Vartai, Erwin Wurm
Erwin Wurm, photo Arnas Anskaitis
Organization of love, Erwin Wurm, 2005-2015
Erwin Wurm, photo Arnas Anskaitis
Vue de l’exposition Interpretation@à la Galerija Vartai, Erwin Wurm
Erwin Wurm, photo Arnas Anskaitis
Outdoor sculpture (Taipei), Erwin Wurm, 2000

GALERIE

Contact
Crédits photos