Festival international des Jardins – Délices et délires à Chaumont-sur-Loire

Domaine de Chaumont-sur-Loire

Fondé en 1992, le Festival international des Jardins fête ses 20 ans. Symboliquement lié à l’Eden et aux paysages idylliques de l’Arcadie, le jardin est traditionnellement le lieu du bonheur, de la sérénité et de l’épanouissement des sens. Pour cette édition anniversaire, dont la présidence du jury a été confiée au chef de renom, Alain Passard, des créateurs ont été invités à travailler autour du thème « Jardins des délices, jardins des délires ». En plus des vingt-trois jardins confiés pour la plupart à des paysagistes, des « cartes vertes » ont été données à Nicolas Degennes, directeur artistique «  maquillage et couleurs  » pour Parfums Givenchy, aux architectes paysagistes Jean-Philippe Poirée-Ville et Shu Wang, ainsi qu’au designer Pablo Reinoso. Un autre cadeau attend les visiteurs  : une extension de 10 hectares aménagée par Louis Benech. Ouvert jusqu’en octobre, le Festival a été inauguré hier. L’an passé, quelque 210 000 personnes sont tombées sous le charme.

Le calendrier des sept lunes, RCP Design Global, Régine, Charvet Pello, Alix de Saint-Venant (propriétaire du château et potager conservatoire de Valmer et paysagiste), Marc de Ferrière le Vayer (professeur à l’université François-Rabelais de Tours) et Xavier Matthias (maraîcher bio), France. Régi par le cycle lunaire, ce jardin dissimule sept lunes, à découvrir… Mais attention, il faut ouvrir l’œil ! Sensoriel et olfactif, il est dédié au temps, à l’attente, aux jeux et à l’enfance. Tout invite à revenir, pour apercevoir les trésors qui se dévoilent semaine après semaine durant tout le Festival. Vingt-huit ouvertures sur un croissant de lune et une seule accessible par semaine, grâce à un mécanisme étonnant, qui rend délicieux le moment de la surprise.

Domaine de Chaumont-sur-Loire
Le calendrier des sept lunes, France

Liberté, Égalité, Fraternité, Sim Flemons et John Warland (paysagistes), Royaume-Uni. Après des années de soulèvements, la communauté des nains de jardin ne peut plus supporter son extermination. Arrachés à leur tranquille existence souterraine, marginalisés par la société horticole traditionnelle, dérobés par des fronts de libération mal inspirés et moqués par des jardiniers élitistes, ils ont décidé de mener leur révolution pour plus de liberté, d’égalité et de fraternité  !

Domaine de Chaumont-sur-Loire
Liberté, Egalité, Fraternité, Royaume-Uni

Jardin des délires délicieux, Guillaume Vigan (paysagiste) et Alexandre Granger (architecte et urbaniste), France. Volupté, tout n’est que volupté en ce jardin des sens, du plaisir et du désir. Il se veut comme le prolongement du logis, une projection fantasmée de la chambre à coucher, avec ses règles, ses normes, ses rituels et leur transgression. C’est en traversant un verger dense d’arbres fruitiers qu’il est possible d’y pénétrer. Au centre, trône le lit à baldaquin, déposé sur un socle de roses rouges, qui convoque la passion. Invitation au repos, à la méditation, à la rencontre amoureuse. Aucun serpent en vue  !

Domaine de Chaumont-sur-Loire
Le jardin des délires délicieux, France

Paradis terrestre, Mag Mell, Rita Higgins et Peter Little, Irlande. Mag Mell, c’est un paradis, une île légendaire qui se trouverait à l’ouest de l’Irlande, ou un royaume englouti dans l’océan. Ici, sont réunis tous les plaisirs. Ici, le bonheur dure toujours, personne ne manque de pain ni de vin. Inspiré de l’univers de Bosch, des jungles du Douanier Rousseau, habité de la nature mystique irlandaise, ce jardin est une réflexion sur le paradis perdu, un espace onirique enveloppant et intrigant. De-ci, de-là, des fontaines, des fruits-lampadaires et des arbres magiques. Feuillage luxuriant, fruits généreux, fraîcheur réconfortante, tout est auréolé d’une lumière bienveillante et résonne des chants de la nature. Découvrez cet Eden et venez vous reposer en son cœur.

Domaine de Chaumont-sur-Loire
Paradis terrestre, Irlande

Locus genii, le génie est partout, Cristina Mazzucchelli (paysagiste concepteur), Alice Strada (agronome et paysagiste), Alberto Callari (photodesigner), Eugenia Garavaglia (artiste et illustrateur), Sandro Degni (jardinier) et Alessandro Muzzi (agronome et paysagiste), Italie. La beauté et l’harmonie d’un jardin puisent leur source dans la capacité de son concepteur à révéler l’esprit du lieu. C’est le Genius loci. Mais ne pourrait-on risquer l’audace de demander à ce génie s’il existe un endroit où il pourrait se déplacer librement, un lieu dans lequel il ne serait pas dérangé, un Locus genii ? Cette idée extravagante est au cœur de cette réalisation inspirée des Mille et une nuits.

Domaine de Chaumont-sur-Loire
Locus genii, le génie est partout, Italie
En pâtisserie, tout est permis, Matthieu Gabillard et Simon Trembalis (étudiants), et Jean-Luc Larcher (enseignant à Legta Angers Le Fresne), France. La pâtisserie, comme l’art des jardins, respecte des codes, des principes. Un grain de folie, d’heureux incidents, muent pourtant les recettes et brisent les carcans. C’est alors la nouveauté, la surprise et le renouveau. Pâtissiers se rêvant architectes, jardiniers chercheurs de saveurs : les uns fascinent les autres, et ces deux univers s’interpellent et s’inspirent. Souvenons-nous du délirant Antonin Carême ! Grand chef pâtissier, architecte des sucreries, dont les fulgurantes créations pâtissières furent immortalisées dans le Pâtissier pittoresque, ouvrage qui passionne encore aujourd’hui architectes, paysagistes et cuisiniers !

Domaine de Chaumont-sur-Loire
En pâtisserie, tout est permis, France
En vert, La superstructure, Patrice Gobert (architecte), Marie-Christine Loriers et Pascal Montel (artistes), Béatrice Tollu (designer), Thierry Dalcant (paysagiste) et Olivier Thomas, France. Le promeneur s’égare dans un monde inversé. Envers. En vert. Quels fruits cherchent ces personnages vêtus de costume noir, la tête plantée dans la végétation, les pieds en l’air posés sur une échelle qui paraît monter au ciel ? Le curieux s’approche de l’œilleton d’une des trois bornes optiques. Et hop  ! La scène se remet à l’endroit. Un basculement ludique qui nous fait prendre conscience du rôle de l’attraction terrestre. Merci à la nature de nous garder les pieds sur terre  !

Domaine de Chaumont-sur-Loire
19 bis. En vert, France

Le délire des sens, Circling senses, Valentin Buchweitz, Bernhard Kupierz, Frieder Schumacher et László Trenka (étudiants) Sigurd Karl Henne et Karl H.C. Ludwig (enseignants Hochschule für wirtschaft und umwell Nürtingen-Geislingen, Allemagne. Nos sens nous trompent, parfois. Nous croyons voir des objets qui n’existent pas. Le jardin est le lieu privilégié de ce jeu des perceptions. Tout commence par un tunnel,  qui mène à un rêve de bambous. Puis des bancs invitent à la détente et des verres multicolores fascinent le regard. Mobiles, ils se prêtent à de folles compositions, créent de nombreuses images, jouent avec notre imagination.

Domaine de Chaumont-sur-Loire
Le délire des sens, Allemagne
Toi et Moi, Une Rencontre, Nicolas Degennes (création et mise en scène), Francis Kurkdjian  (parfumage de la fontaine), production Parfums Givenchy. Dès le seuil, trois lames habillées de noir brillant s’élèvent. A l’intérieur, l’espace est noir et intime. Un chemin de bitume à l’étrange matité contraste avec un désert de paillettes de mica aux reflets noirs. Quatre arbres majestueux parés d’un rouge feu se dressent. Cachée au cœur de ce lieu propice au mystère et au recueillement, une fontaine parfumée distille au gré des heures ses fragances envoûtantes. Autour de ce miroir d’eau s’organisent quelques bancs dédiés à la contemplation.

GALERIE

Contact
Crédits photos