Alex Katz à Bilbao – A la recherche du temps présent

De l’instant furtif où la lueur argentée de la lune se faufile à travers le feuillage (Crépuscule) aux variations éphémères de la lumière et des couleurs du soleil couchant (Coucher de soleil 1, Coucher de soleil 3), en passant par le ruisseau serpentant au fond de sa propriété du Maine et peint tous les étés pendant plus de 20 ans, les œuvres d’Alex Katz actuellement présentées au Musée Guggenheim de Bilbao ont toutes en commun d’adresser la question du paysage. Ici et maintenant réunit quelque 35 toiles, réalisées entre la fin des années 1980 et aujourd’hui, et à travers lesquelles l’artiste américain – aujourd’hui âgé de 88 ans – poursuit sa quête du «  temps présent  », explorant inlassablement l’instantanéité d’un sentiment comme la mutabilité de nos perceptions. S’il est connu pour s’être dès ses débuts ancré dans la figuration, Alex Katz affirme cependant avoir toujours puisé dans l’énergie et la logique formelle d’une «  grammaire de l’abstraction  » le vocabulaire de ses paysages saisis sur le vif, travaillés d’après ce qu’il définit comme «  un flash de perception  » survenant juste avant que l’image ne se focalise. Sobre et épuré, son univers pictural tout à la fois témoigne d’un dialogue entre perception et conscience et invite à la contemplation. Il met en exergue, également, les notions communes partagées par l’art et la nature que sont la forme, la surface, l’espace et la lumière. Et nous rappelle à l’essentiel, source du sublime.
Alex Katz, VEGAP, Bilbao, 2015
10h30, huile sur lin, Alex Katz, 2006
Alex Katz, VEGAP, Bilbao, 2015
Etude pour Ruisseau noir, huile sur bois, Alex Katz, 1988
[[unique-V400:4]]
Alex Katz, VEGAP, Bilbao, 2015
Sunset 1, huile sur lin, Alex Katz, 2008
Alex Katz, VEGAP, Bilbao, 2015
3 janvier, huile sur lin, Alex Katz, 1993
Alex Katz, VEGAP, Bilbao, 2015
Roses blanches 9, huile sur lin, Alex Katz, 2012

GALERIE

Contact
Crédits photos