#SDBX4 – Bordeaux, la digitale

Du 13 au 18 octobre, Bordeaux vivra à l’heure du numérique. Ateliers, conférences, événements artistiques… se succéderont dans divers lieux de la ville pour illustrer le thème de cette 4e édition de #SDBX  : «  Données et objets connectés  ».

Pour sa quatrième édition, #SDBX4 s’interroge sur l’impact des milliards de données circulant sur le Web et collectées par l’ensemble des acteurs du monde digital. La manifestation, qui se déroulera pendant une semaine à Bordeaux, propose un dense et riche programme de plus de 70 événements répartis dans une vingtaine de lieux. En voici les objectifs  : comprendre les enjeux de l’utilisation massive des données, apprendre à tous à s’emparer des nouvelles technologies, fédérer et rencontrer les experts du digital, s’approprier de nouveaux outils pour éduquer différemment, maîtriser la transition numérique au service de la croissance et de la performance des entreprises, créer du lien, faire découvrir des œuvres numériques. Pour l’occasion un programme particulièrement festif a été concocté – il sera composé d’installations interactives et de spectacles installés à la Base sous-marine – et une série de conférences professionnelles ainsi que des animations permanentes se dérouleront au Village de l’innovation près de l’Hôtel de Ville. Sélection.

La conférence-démo Data-Art

A l’heure du «  big data  », où les données issues d’Internet se transforment en potentiel économique, les artistes réfléchissent eux aussi à leur utilisation. Elles sont devenues un matériau à part entière qu’il s’agit de rendre signifiant, émouvant et révélateur de l’évolution d’un quotidien de plus en plus digital. La conférence-démo Data-Art abordera les relations entre les créateurs et ce monde des données. Elle tentera d’expliquer comment les artistes s’en emparent. Qu’ils agissent dans les domaines de l’image, du son ou des arts plastiques. Data-Art est proposée par les Morphogénistes, autour de Benjamin Cadon, directeur artistique de Labomedia à Orléans. 

Le 17 octobre de 19 h à 20 h 30 au Village de l’innovation, gratuit sur inscription.

La Nuit du Web et de l’innovation

La Nuit du Web et de l’innovation invite les professionnels et les passionnés – ou simplement les curieux – du numérique à se rencontrer. Trente conférences et ateliers ainsi qu’un espace de démonstration de projets menés par des entreprises bordelaises et par les écoles supérieures et l’université de Bordeaux seront proposés. Au menu : drones et robots, apprentissage de la programmation, économie du partage sur Internet, numérique au service de l’éducation, vidéo, utilisation du Web au service de la mode, impression 3D, invention des musées de demain, gestion de la ville intelligente ou encore discussion œnologique sur la Toile  ! 

Le 17 octobre au Hangar 14, gratuit sur inscription.

L’installation TESSERACT de 1024 Architecture

Après Vancouver, Prague et Eindhoven, Bordeaux sera la première ville française à accueillir l’étonnant projet interactif TESSERACT. Cette structure de près de 10 mètres de côté se réfère à l’objet géométrique et mathématique du même nom, réinterprété ici en une architecture de lumière dans laquelle le public est invité à entrer. L’installation, composée de 65 projecteurs motorisés, réagit au son. Une expérience rendue possible grâce à un fichier de données qui permet de générer des mouvements toujours en phase avec la musique et de les ajuster en temps réel. 1024 Architecture est un label créatif de renommée internationale. Il conçoit des installations architecturales et audiovisuelles qui soulignent l’interaction entre «  high technology  » et «  low technology  », corps et espace, son et image, art et architecture.  

Du 15 au 18 octobre  à la Base sous-marine, gratuit sur inscription.

1024 Architecture, photo Pier Schneider
TESSERACT, 1024 Architecture

Deux créations d’Hiroaki Umeda

Chorégraphe, danseur, concepteur son, image et lumière, Hiroaki Umeda intègre ses différents domaines de prédilection dans des créations à la fois visuelles et chorégraphiques. Imprégné de la culture numérique de son pays, le Japon, il utilise les innovations technologiques pour mettre en valeur l’humain. Esthétique épurée, gestuelle travaillée, jeux de lumière et projections vidéo créent une fascination hypnotique. En élargissant le champ de la danse, Hiroaki Umeda interroge le rôle de la perception visuelle. Au programme, deux créations : Holistic Strata et Haptic. La première explore les mécanismes de l’hallucination et la frontière qui sépare celle-ci de la réalité. La seconde est un solo, pendant lequel l’artiste utilise plus particulièrement la lumière pour investir le champ de la couleur. 

Le 16 octobre à la Base sous-marine, gratuit sur inscription.

Une expérience immersive avec Murcof et Simon Geilfus

Cette création est le fruit d’une étonnante collaboration entre le compositeur mexicain de musique électronique Murcof et l’artiste et développeur de logiciels, Simon Geilfus. La musique sombre aux accents classiques du premier trouve ici un écho visuel grâce aux projections panoramiques en temps réel du second. De larges écrans semi-transparents sont utilisés et permettent de créer une expérience immersive dans laquelle apparaissent des particules microscopiques, des formes géométriques et des éléments organiques en 3D. Une performance qui a constamment évolué depuis sa première représentation au festival Futuresonic, à Manchester en 2009. 

Le 17 octobre à la Base sous-marine, gratuit sur inscription.

En clôture de #SDBX4

Lors de la soirée de clôture, le public pourra notamment découvrir le travail de Carsten Nicolai. L’artiste, dont le champ d’exploration se situe à l’intersection de l’art et de la science, utilise souvent des modèles mathématiques et cherche à surmonter la séparation qui existe entre les différentes perceptions sensorielles de l’homme. A Bordeaux, il prévoit de présenter Univrs, quicombine une variété de modules illustrant différentes méthodes d’analyse audio et d’effets visuels. 

Le 18 octobre au CAPC à 19 h 30 puis la soirée payante et sur inscription de 21 h 30 à 3 h.

La semaine digitale, c’est aussi l’occasion de donner son avis en participant à des sondages en ligne autour des grandes problématiques liées à l’univers numérique : e-éducation, ville intelligente, nouveaux usages d’Internet, etc. et de participer à des ateliers dans le Bus digital stationné dans les jardins de l’Hôtel de Ville ou dans les quartiers. Le programme complet ainsi que l’actualité de la manifestation sont à découvrir sur le site www.semainedigitale.bordeaux.fr

Murcof et Simon Geilfus/Antivj
Performance de@Murcof et Simon Geilfus

GALERIE

Contact
Crédits photos