Marc Bankowsky – Le fantastique au salon

Marc Bankowsky

Dès l’entrée, un froid frisson pourrait vous saisir, comme une crainte très désireuse de se laisser happer par un miroir blanc aux voluptés coralliennes… A l’orée de la traversée du miroir de l’Orphée de Cocteau, les objets plus savamment que sagement ordonnés par Marc Bankowsky, s’invitent dans la galerie parisienne Marie-Alexandrine Yvernault en une féerique symphonie de créations aléatoires. Depuis le succès de ses structures en textile dans les années 70, l’artiste rénove l’art déco avec, entre autres, des pièces en bronze aux finitions invisibles. Le sculpteur, que l’on dit designer, œuvre pour d’illustres maisons, telles Baccarat, Dior ou encore la Maison Gérard de New York. Agile dans un univers fantastique, il transforme des figures de l’Egypte de Pharaon en des chenets à tête d’ « Anubis » et suggère quelques bacchanales discrètes avec un pouf aux « Pieds de Bouc ». La lumière diffuse joue les discrètes dans ce monde au mobilier surréel soigneusement choisi par l’hôtesse des lieux. Tamisés par des bougeoirs à la feuille d’or, ce sont pourtant des cierges éteints qui se parent de corolles écloses, épanouies, un brin lascives. « Je suis presque manipulateur » ironise, le temps d’une litote, Marc Bankowsky qui papillonne d’invités en groupies, surprises de penser à voix haute à ses créations : « Regardez-les, elles sont magnifiques ! ». En s’immisçant dans les objets du quotidien, le sculpteur poète les incite s’il ne les invite au fantastique. En fidèle de Cocteau, MB et ses créations traversent « les miroirs comme de l’eau ».

Marc Bankowsky
Tabouret pied de bouc, Marc Bankowsky

GALERIE

Contact
Crédits photos