Meschac Gaba à Paris – Perruques du monde

Le Musée national de l’histoire de l’immigration accueille jusqu’au 20 septembre à Paris une partie de la série Perruques, réalisée par Meschac Gaba, artiste béninois installé à Rotterdam. Quatorze coiffes excentriques sont à découvrir, ainsi que deux vidéos tournées par le plasticien les mettant en scène.

Meschac Gaba
Notre Dame de Paris, série Perruques, Meschac Gaba.

Après une première exposition au Musée national de l’histoire de l’immigration à l’été 2012 – l’institution avait à l’époque acquis deux de ses œuvres –, Meschac Gaba revient y présenter la suite de son travail, fruit d’un surprenant melting-pot culturel qui fait écho aux orientations prises par le musée. La série, entamée lors d’une résidence effectuée à New York en 2005, est l’aboutissement d’une réflexion murie au fil de ses déambulations dans la ville américaine. « Je cherchais des idées en me promenant dans Harlem, se souvient-il. Je trouvais des repères en rapport avec mes origines. Il y avait beaucoup de salons de coiffure, notamment d’Afrique de l’Ouest. D’un autre côté, New York est une ville gigantesque, qui nous surplombe. » En mariant son histoire personnelle à son ressenti de la mégalopole, il imagine alors des « architectures tressées », des perruques représentant initialement des monuments européens et des gratte-ciels. Ces pièces sont réalisées à partir de métal, auquel il ajoute des cheveux artificiels, le tout surmontant des bustes de mannequin. Après les Perruques architectures, l’artiste reprend le même concept pour les Perruques voitures puis les Perruques Mava – pourMusée de l’art de la vie active –, illustrant diverses célébrités politiques, artistiques et historiques. La sélection à découvrir au Musée national de l’histoire de l’immigration comprend les deux œuvres appartenant à l’institution – La Tour Montparnasse et Notre-Dame de Paris – ainsi que douze autres prêtées par la galerie In Situ Fabienne Leclerc. Parmi ces dernières, figurent des hommages à des inventeurs comme les frères Wright (pionniers de l’aviation), Garrett Morgan (à l’origine des feux tricolores de signalisation routière) et Jerome Rhodes (inventeur des toilettes). Le mathématicien Pythagore fait également partie des élus, représenté par une perruque ornée d’un triangle, référence à son incontournable théorème. A noter que si les villes de Milan et d’Amsterdam sont incarnées chacune par une sculpture, il n’en existe pas moins de cinq pour Paris ! Deux vidéos d’une exposition performance ayant eu lieu entre la capitale française et celle du Bénin, Cotonou, au cours desquelles des protagonistes défilent coiffés de ces perruques, parachèvent une manifestation qui invite à la réflexion sur l’identité et célèbre le métissage et le partage.

Contact
Crédits photos