Galerie En Aparté – Quand l’œil écoute

Galerie En ApARTé

Limoges. Sur la façade de l’immeuble, au 5, rue d’Isly, une simple plaque qu’éclaire un spot discret, annonce : « En ApARTé, galerie d’art, entrée libre, au 1er étage ». Il faut sonner à la porte comme on le ferait chez des amis ; pour autant l’heure n’est ni au thé ni à l’apéritif, mais à la découverte. Si l’appartement bourgeois de 120 m2 est superbe – parquets, boiseries et cheminée –, le sourire de l’hôtesse, lui, dissiperait la plus petite ombre. Et dans chacune des pièces, où le soleil se répand à profusion, l’aménagement est sobre et efficace : au service des œuvres présentées. Abstraction ou figuration, peintres ou sculpteurs, jeunes ou consacrés, tous ici ont leur place dans la mesure où ils ont séduit les initiatrices des lieux. Joëlle et Myriam sont amies, elles ne souhaitent mettre en avant ni leur nom, ni leur profession, elles veulent seulement offrir en partage leur enthousiasme pour les artistes qu’elles aiment. Amateurs d’art contemporain et collectionneurs, elles ont eu envie d’ouvrir un lieu différent, un appartement où les visiteurs se sentiraient en symbiose avec les œuvres exposées dans une intimité propice. « Nous voulons montrer l’art autrement, faire comprendre que l’on peut facilement vivre avec  », explique Myriam. Dans chacune des pièces, les peintures au lyrisme débridé de Pascal Magis répondent à la force contenue des sculptures de Ruta. Cette fois – et c’est une première –, deux artistes ont été invités à partager la vedette. Ouverte en octobre 2008, En ApARTé rode son organisation mais prévoit déjà d’accueillir chaque année quatre expositions individuelles, ou en duo, et une collective. « Les vernissages se font en musique. Gilles Colliard, directeur musical de l’orchestre de chambre de Toulouse et violoniste, vient présenter une pièce spécialement créée pour l’occasion. Une façon de changer le rapport à l’œuvre », précise Myriam. Le musicien compose en puisant son inspiration auprès d’une des pièces exposées. Les invités assistent alors à un dialogue impromptu entre deux formes d’art qui se répondent et, le temps d’une partition, fusionnent. Ces soirs-là, jusqu’à 300 personnes, témoins privilégiés de cette osmose inédite, viennent à l’écoute de leur regard. Du 19 septembre au 31 novembre, Serge Labégorre va investir les lieux puis ces derniers seront consacrés à une exposition exceptionnelle : chacun des artistes invités depuis l’ouverture de la galerie va créer deux œuvres inspirées de deux compositions de Gilles Colliard, histoire d’en perpétuer la magie ! A cette occasion un livre avec un CD sera édité. Une autre manière de partager.
galerie En ApARTé
Vues de la galerie En ApARTé, en haut à droite, Myriam, 2009

GALERIE

Contact
Crédits photos