Mat Collishaw – La liberté en cage

Mat Collishaw, 1993 © courtesy Analix gallery

A l’entrée de la foire ArtParis, une immense volière  : sept perruches  ; et chacune de pousser gaiement ses trilles. Sauf que l’artiste britannique Mat Collishaw se joue de notre perception et nous concocte une composition étrange par la répétition des sons. Lorsque les oiseaux, font leurs gammes, les sons sont enregistrés, retransmis trois secondes plus tard grâce à des baffles situées au pied de la cage, et les animaux sollicités par cet artifice aussitôt de répondre… «  Ce cycle répétitif met l’accent sur la domestication des animaux, nous dit la galeriste genevoise Barbara Polla, cette façon dont l’homme se saisit de la nature et la transforme en quelque chose de compréhensible pour nous.  » En parallèle de ses travaux photographiques abordant les thèmes de la copulation et de la mort, Mat Collishaw crée des installations qui sont des métaphores du temps, fustigeant la violence et l’enfermement. Avec Hamster, il plaçait cet animal dans une roue pour donner l’illusion de la liberté. Dans la grande volière des perruches intitulée Birds, le leurre se porte sur l’existence même de ces animaux vivants  : les oiseaux chantent-ils vraiment ou sont-ils les artefacts issus d’une manipulation humaine  ? Le sentiment de malaise prend le dessus  : l’effet miroir sonore généré par les play-back participe à enfermer un peu plus ces animaux dans une nature préconditionnée. L’homme se pose en spectateur d’une cruauté qu’il semble assumer. «  Peut-être est-ce un besoin humain élémentaire de voir les autres souffrir  ?  » s’interrogeait l’artiste dans un récent entretien avec la commissaire d’exposition Alison Sarah Jacques. «  Il y a une considération morale dans les œuvres de Mat Collishaw, estime pour sa part Barbara Polla. Il montre toujours la beauté en même temps que son contraste, l’horreur délicieuse, et laisse le spectateur décider lui-même de ses sentiments.  »

GALERIE

slider
Pas d'images trouvées
Contact
Crédits photos