Sophie Favre | Christophe Ronel

Christophe Ronel a entrepris de réinventer l’ailleurs dans une singulière démarche située à mi-chemin entre l’observation attentive du monde et l’imaginaire le plus foisonnant. Peintre narrateur et voyageur compulsif, il a arpenté tour à tour l’Afrique, l’Asie, les Amériques et les Indes, inventoriant visages, paysages, bazars et autres moyens de transport dans ses nombreux carnets de voyage qui constituent, dans son atelier, d’impressionnantes archives. Il nous entraîne ici sur la route de Sweet City dans un road trip où la peinture se remet une fois de plus en cause. L’univers de Sophie Favre est quant à lui tendre et mélancolique, traversé par les soubresauts de l’ironie. L’artiste couche le fruit de ses observations sur le papier, la toile, le bois, elle travaille le bronze, mais voue une affection particulière à l’argile dont elle exploite les innombrables nuances et possibilités pour façonner les êtres peuplant son univers. « C’est comme si j’avais un carnet de croquis et que je dessinais, sauf que je sculpte mes personnages avec ma terre noire, qui ressemble à du crayon lorsqu’elle est cuite. » Visuel : de gauche à droite, Crossing the street.Frisco par Christophe Ronel et Homme-oiseau par Sophie Favre.