Ha Chong-Hyun

« De 1972 date une petite sculpture de Ha Chong-Hyun qui, à elle seule, paraît anticiper la suite de son œuvre de peintre. Dans une boîte en bois est tendue une corde de chanvre dont quelques brins ayant cédé sous la tension se déploient dans le vide, mettant en danger de rupture le mince reliquat de cordage. L’agencement en est simple à l’extrême, clairement lisible, et fait appel à un matériau banal. Cette image d’une forte pression sur les éléments, mais aussi de leur résistance, semble bien résumer la démarche de l’artiste, annonçant les peintures dotées du titre générique de Conjonction, entamées dès 1974 et qui se poursuivent encore aujourd’hui. Ha Chong-Hyun s’est engagé dans la voie de l’abstraction dès le début des années soixante, appartenant ainsi à la première génération d’artistes coréens épousant cette direction esthétique. » Alfred Pacquement, ancien directeur du Musée national d’art moderne. Visuel : Conjonction 16-101, Ha Chong-Hyun, 2016.