Eric Pougeau | 31-03 Blues

« Tandis qu’il avance d’un pas volontaire sur la route interminable, l’horizon se dérobe immanquablement, à la manière d’un mirage leurrant le voyageur égaré dans le désert. Comme s’il marchait sur un tapis roulant évoluant en sens inverse, le condamnant au sur-place. Le but qu’il s’est fixé, il ne l’atteindra jamais. D’ailleurs, a t’il vraiment un projet, cette marche forcée obéit-elle à un dessein précis ? Il semble bien plutôt subir les effets d’une loi supérieure. “Il faut imaginer Sisyphe heureux”, conclut Albert Camus à la fin du Mythe de Sisyphe, postulant qu’à partir du moment où le héros tragique prend conscience de la dimension absurde de sa triste condition, il est alors en mesure d’en accepter pleinement le caractère répétitif. Soudain, à la manière d’un lapsus linguae, l’artiste trébuche. Et chute. Puis, tel un automate, se relève et reprend sa course, pour tomber à nouveau. Jusqu’à la fin des temps… “Je cherchais la fraicheur, j’ai marché jusqu’au sang.” Tomber, se relever, recommencer, comme le rocher dévale quotidiennement la montagne. Chuter comme le disjoncteur remet les compteurs à zéro, lorsque le fusible en vient à griller. Les nouvelles œuvres d’Éric Pougeau déploient autant de métaphores d’une condition humaine qui nous condamne à l’éternel retour. » Richard Leydier, critique et commissaire d’exposition. Visuel : Photographie signée Eric Pougeau.