Curiosités économiques : dissections et incantations

Les marchés financiers sont présents dans nos vies, ostensiblement, et paradoxalement, de manières invisibles, impalpables. Chaque jour, des contraintes économiques s’imposent à nous sans révéler leurs origines, ni leurs fins. On nous raconte qu’il n’y a pas d’alternatives. Dépasser cet état d’empêchement, de contention, d’étouffement, requiert de briser quelque chose qui est de l’ordre de l’envoûtement, de l’impuissance sidérée. Le temps est venu de rendre visibles les spectres des réseaux d’influence, de décortiquer les rouages de l’économie et de la finance, de se redonner les moyens de penser, de comprendre, de faire. Il s’agit dans un premier temps de rendre pensables, imaginables des alternatives car c’est bien au niveau de l’imagination que la paralysie sorcière agit. Créer les conditions d’apparitions d’alternatives, voilà un objectif du laboratoire sauvage Désorceler la finance. Ce dernier est composé d’artistes, designers, activistes, chercheurs, musiciens, vidéastes dont Camille Lamy, Fabrice Sabatier, Aline Fares, Luce Gouttel, Emmanuelle Nizou, Julien Celdran, Maxime Lacôme, Dimitri Tuttle, Yohan Dumas et Ilaria Boscia. Visuel : © laboratoire sauvage Désorceler la finance.